/24m/city
Navigation

Chaleur extrême: la Ville ne change pas son plan

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Malgré les 66 décès liés à la canicule de l’été 2018, les autorités montréalaises n’ont pas apporté de changements majeurs au plan d’action en cas de chaleur extrême, mis à part la volonté de mieux cibler les interventions. 

La principale amélioration concerne l’efficience des interventions, a expliqué mercredi David Kaiser, responsable médical du service environnement à la Direction régionale de santé publique de Montréal. 

Le Plan particulier d’intervention chaleur extrême, déjà déployé en 2010, en 2011 et en 2018, n’est pas mis en branle pour le moment malgré l’avertissement de chaleur qui prévaut pour la région montréalaise. Des températures dépassant les 30 degrés Celsius, accompagnées d'un facteur humidex entre 35 et 40, sont prévues jusqu'à vendredi. 

À VOIR AUSSI :

Selon la sécurité civile, il y a «chaleur extrême» lorsque le mercure dépasse 33 degrés Celsius durant trois jours consécutifs ou lorsque la température minimale excède 25 degrés deux nuits d’affilée. 

Mieux cibler 

S’il est déclenché, le plan d’intervention prévoit des mesures comme la prolongation des heures d’ouverture de piscines et d’endroits communautaires climatisés, ainsi que des campagnes de sensibilisation et du porte-à-porte par des agents du service incendie. 

La distribution de bouteilles d’eau aux personnes itinérantes et des refuges ouverts plus longtemps y figurent aussi. 

L’an dernier, les agents du service incendie ont cogné à plus de 40 000 portes en période de chaleur extrême. 

«Ce qu’on essaie de travailler cette année, c’est l’efficience de l’intervention», plutôt que d’augmenter leur nombre seulement, a expliqué M. Kaiser. Il faut mieux cibler les endroits à visiter, notamment via un registre d’adresses plus raffiné, avec l’ajout d’informations sur les types de bâtiments. Les quartiers centraux sont plus à risque. 

La possibilité d’avoir un registre avec une liste de personnes vulnérables, inscrites volontairement, est d'ailleurs étudiée. Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal, suggère d’implanter un tel registre promptement. 

«On sait que les canicules ne vont que s’empirer et c’est un outil supplémentaire qui est facile à implémenter et qui va surtout aider les pompiers», a-t-il soutenu. 

Piscine fermée 

Malgré la chaleur, la piscine du parc John-F.-Kennedy – seule piscine publique extérieure de l'arrondissement d'Outremont – ouvrira jeudi seulement, des tests de qualité de l’eau devant être complétés. Sur Facebook, des citoyens s’en plaignaient depuis plusieurs jours. Les heures d’ouverture seront d’ailleurs prolongées. 

«Je tiens à rassurer la population, nous sommes présentement en état de veille quant à une possible vague de chaleur extrême et nous sommes prêts à intervenir si nécessaire», a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante. 

«Le nombre de personnes décédées l’année dernière, c’est absolument troublant», s’est-elle désolée, tout en lançant «un appel à la solidarité» entre Montréalais, invités à veiller sur leurs proches et sur leurs voisins. 

Le réseau de la santé et des services sociaux montréalais est prêt en cas de canicule, a aussi assuré la ministre de la Santé, Danielle McCann. 

«Il faut vraiment bien repérer les personnes plus vulnérables», a dit Mme McCann.