/finance
Navigation

Changements climatiques: les assureurs veulent revoir les couvertures en cas d’inondation

Coup d'oeil sur cet article

 TORONTO – Craignant de devoir toujours payer plus à cause des changements climatiques, les compagnies d’assurance demandent à ce que l’on revoie les règles entourant les réclamations en cas d’inondation.

 À l’approche de la campagne électorale fédérale, le Bureau d’assurance du Canada (BAC), qui représente la plupart des assureurs de dommages au pays, veut pousser les partis politiques à prendre position sur un éventuel «plan d’action national contre les «inondations». 

Selon le BAC, un tel plan pourrait permettre le déplacement des citoyens les plus à risque d’être inondés. 

Les compagnies d’assurance souhaitent aussi pouvoir offrir des mécanismes à haut risque pour les résidents qui continuent d’habiter dans des zones jugées à risque. L’une des recommandations vise à contrer la construction en zone inondable et, par conséquent, à ce que l’aide gouvernementale cesse dans le cas de nouvelles habitations construites en zone inondable.

 «En tant que société, nous devons nous adapter à cette nouvelle réalité: le nombre d’événements météorologiques extrêmes ne cesse d’augmenter, a commenté Pierre Babinsk, le directeur principal québécois aux communications et aux affaires publiques du BAC, dans un communiqué mercredi. Les Canadiens doivent comprendre les risques physiques et financiers auxquels eux-mêmes et leurs familles sont exposés.» 

 Le Bureau d’assurance du Canada milite aussi pour une meilleure sensibilisation aux risques que posent les inondations, qui seront de plus en plus fréquentes et importantes, selon l’organisme. 

 Cette année, à la suite des crues printanières record au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, le nombre de dédommagements a explosé. 

Selon les données de la Catastrophe Indices and Quantification (CatIQ) citées par le BAC dans le communiqué, les dommages couverts par les assureurs se chiffrent à 208 M$ au Canada Au Québec seulement, on parle de 127 M$ de dommages assurables à la suite des inondations.