/news/politics
Navigation

De l’argent pour assurer la pérennité des Ateliers créatifs Montréal

De l’argent pour assurer la pérennité des Ateliers créatifs Montréal
capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La pérennité des ateliers d’artistes montréalais est en partie assurée avec l’octroi d’une somme de plus de 147 000 $ au gestionnaire des Ateliers créatifs Montréal, un organisme à but non lucratif situé dans le quartier Mile-Ex.

Il s’agit d’une aide financière ponctuelle qui est accordée au gestionnaire immobilier. Celle-ci provient de l’Entente sur le développement culturel de Montréal entre la Ville et le ministère de la Culture.

Selon ce qui a été précisé par communiqué, l’argent va permettre de prendre en charge et de protéger 80 000 pieds carrés d’espaces créatifs, dont 55 000 pieds carrés d’Ateliers d’artistes au 305, rue Bellechasse.

«Ateliers créatifs Montréal et le propriétaire de l’immeuble, qui héberge les ateliers d’artistes, sont en voie de conclure une entente d’usufruit de 30 ans permettant entre autres de protéger les quelque 150 artistes qui y travaillent contre d’éventuelles hausses de loyer importantes au cours des prochaines années», a-t-on mentionné.

«Le soutien financier accordé aujourd’hui à Ateliers créatifs Montréal vise à assurer la pérennité d’ateliers d’artistes. C’est un modèle d’affaires que nous souhaitons voir se reproduire davantage entre les propriétaires d’immeubles et les organismes sans but lucratif, car il permet de maintenir des espaces créatifs adéquats, abordables et à l’abri de hausses de loyer démesurées dans des quartiers recherchés», a indiqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«Les nombreuses nouvelles menaces qui ont éclaté au grand jour l’automne dernier en matière de maintien d’ateliers d’artistes abordables à Montréal révèlent un phénomène complexe lié au développement de la métropole, a dit Gilles Renaud, directeur général d’Ateliers créatifs Montréal. Les solutions ne pourront venir d’un seul canal, mais plutôt en mettant autour de la table l’ensemble des acteurs concernés. C’est ce qui se passe au 305 Bellechasse où les propriétaires, les artistes et notre organisme ont travaillé activement et en toute transparence pour trouver une entente qui soit acceptable par tous et viable financièrement.»