/24m
Navigation

Deux Montréalais chassent les tornades jusqu'aux États-Unis

Deux Montréalais chassent les tornades jusqu'aux États-Unis
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Économes et casaniers dans leur appartement de Montréal-Nord, Pierre-Marc Doucet et Jolyane Limoges épargnent l’année durant pour se payer plusieurs semaines de chasse à la tornade et de vie folle dans le Midwest américain.

Deux Montréalais chassent les tornades jusqu'aux États-Unis
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

En 2013, Jolyane décide d'aller chasser les tornades en solitaire sur un coup de tête, dans sa petite Yaris. Mauvaise idée. Au rendez-vous: des grêlons gros comme des balles-molles, des barrages d’éclairs et des vents arracheurs d’arbres. «C’est tellement rare, une femme qui chasse les tornades, que les équipes de télévision américaines m’ont adoptée et protégée, alors j’ai roulé avec elles » se souvient Jolyanne qui bavardait parfois avec «Salut Bonjour» ou LCN au sujet de son périple.

Intérieur du véhicule de poursuite
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Intérieur du véhicule de poursuite

Le 31 mai à El Reno, en Oklahoma, la néophyte redoute de mourir dans une tornade qui tue trois chasseurs expérimentés. Effrayée, elle rentre au Québec. Jolyane fond en larme devant le douanier stupéfait par sa Yaris bosselée. « J’étais hystérique et je sanglotais, je lui ai expliqué ce qui me déchirait: la peur qui me faisait revenir au Québec après la tornade d’El Reno, mais mon désir contradictoire de rester aux États-Unis. »

Amour

Quelques jours plus tard, Pierre-Marc Doucet, un Montréalais chassant les tornades depuis quelques années, invite la nouvelle «chasseresse» chez lui pour comparer leurs expériences. L’amour s’ensuit. Le couple va à la chasse chaque printemps depuis.

Deux Montréalais chassent les tornades jusqu'aux États-Unis
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Lorsque les éléments propulsent des tonnes de terre humide dans le ciel, un profond parfum de terreau flotte dans l’air. Jolyane pilote le Nissan Xterra coiffé d’une station-météo. Pierre-Marc s’occupe d’analyser les images météo et les cartes pour prévoir les tornades et miser d’aller à tel ou tel endroit.

Bilan 2019

Leur récolte de 2019 s’est avérée satisfaisante. Ils voient une tornade en Oklahoma le 22 mai. Ils en voient cinq le 27 mai: deux au Colorado et trois au Nebraska. Ils assistent à une autre, destructrice, le 29 mai, au Texas, avant d'en trouver deux autres, le 2 juin au Nouveau-Mexique et le 3 juin au Kansas.

Deux Montréalais chassent les tornades jusqu'aux États-Unis
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«On a vu plus de dix tornades et roulé plus de 18 000 km en 18 jours, soit l’équivalent de deux aller-retour Montréal-Vancouver», a dit Pierre-Marc.

Choc alimentaire

Le plus pénible n’est pas le danger, mais la nourriture. «C’est affreux, de la friture de station-service, il y a même de la pizza frite!», s’est exclamé Jolyane. «On ne mange que des fruits et légumes depuis notre retour», a ajouté Pierre-Marc.

De retour dans la métropole, Pierre-Marc a repris ses fonctions de conseiller pour la Maison de l’Astronomie, tandis que Jolyane a repris son rôle d’infirmière auxiliaire à domicile pour un CLSC. « Il y a des émotions tellement intenses reliées à la chasse que le retour à la normale n’est pas facile, a-t-elle dit. On passe d’une vie incroyable de film à la routine... jusqu’à l’an prochain !»

Quoique cette année, le retour à la vie québécoise est plus facile; le couple s’occupe aux préparatifs de son mariage pour le mois d’août.

Des questions? Pierre-Marc Doucet se propose de vous répondre par l’entremise du site xtremchasequebec.com