/finance/stockx
Navigation

L'action de Transat pique du nez

L'action de Transat pique du nez
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Dure journée en bourse pour Transat. L'action du transporteur a chuté de 8,15 % et se négocie désormais sous la barre des 13 $ offerts par Air Canada.

Alors que les marchés financiers s'attendaient à une surenchère dans la vente de Transat, le transporteur a rejeté la seule offre concurrente sur la table. Transat n'a pas retenu la proposition de l'homme affaires Vincent Chiara, du Groupe Mach. Ce dernier avait offert 560 millions $, soit 40 millions $ de plus qu'Air Canada. Il avait aussi imposé comme condition que Transat ne signe pas d'entente avec Air Canada.

La décision d'écarter la proposition du Groupe Mach, plus généreuse, a vraisemblablement déçu les investisseurs. À la fermeture des marchés, mercredi, l'action de Transat a clôturé à son plus bas prix depuis un mois.

Enchères

Du coup, Transat a dévoilé les conditions auxquelles devront se plier les investisseurs qui comptent surenchérir et ainsi battre l'offre d'Air Canada.

Les acheteurs potentiels devront allonger au minimum 40 millions de plus, l'équivalent d'au moins 560 millions $. Leur offre devra de plus obtenir l’approbation du conseil d’administration de Transat.

Ensuite, Air Canada bénéficiera de cinq jours pour égaler toute offre supérieure. Si Air Canada refuse de surenchérir, Transat devra lui verser une pénalité de rupture de 15 millions $.

Ce sont les actionnaires qui auront le dernier mot et qui devront voter, au final, sur la proposition la plus intéressante aux yeux du conseil d’administration de Transat.

Le Bureau de la concurrence et Transports Canada devront aussi approuver la transaction finale, qui pourrait être finalisée au cours de l'année 2020.

Si les autorités réglementaires venaient à bloquer la transaction, la facture serait salée pour Air Canada. L'acheteur devrait alors payer une amende pouvant atteindre 40 millions $ à Transat.