/24m/transports
Navigation

Manifestation contre le stationnement tarifé à Outremont

Manifestation contre le stationnement tarifé à Outremont
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La grogne ne tarit pas à Outremont alors qu'une centaine de personnes ont manifesté mardi soir contre le projet de l’arrondissement de rendre payant le stationnement sur rue. Malgré les critiques qui perdurent depuis quelques semaines, le maire Philipe Tomlinson n’entend pas rebrousser chemin.

Le vote sur le règlement qui devait avoir lieu lors de la rencontre du conseil d’arrondissement mardi soir a dû être repoussé, faute de temps. Une séance extraordinaire devrait avoir lieu jeudi pour permettre l'adoption.

Plusieurs personnes âgées et quelques familles étaient parmi les manifestants qui s’opposent au projet de tarifer le stationnement sur rue au-delà de deux heures à la grandeur de l'arrondissement, et ce, entre 8 h et 22 h. Si le règlement est adopté, l’automne prochain, résidents et visiteurs devront se procurer des vignettes pour se garer.

Pancartes

Après une marche d’une dizaine de minutes, les citoyens se sont rassemblés devant la mairie d’Outremont, brandissant des pancartes avec des inscriptions comme «Tomlinson veut notre argent» ou «Taxer l’hospitalité, non merci».

Ils ont invité, sans succès, le maire Philipe Tomlinson à venir discuter avec eux avant la réunion du conseil.

«On veut réduire le nombre de voitures dans l’arrondissement», a affirmé M. Tomlinson. Si le retrait de la gratuité peut susciter des réactions, il faut néanmoins avancer, a soutenu le maire. Actuellement, 60 % des places sont gratuites dans l'arrondissement.

Des modifications ont été apportées par rapport à la version initiale du projet présentée en mai. Un tarif réduit pour les personnes à faible revenu sera instauré, et chaque adresse aura droit à cinquante permis journaliers gratuits pour ses visiteurs.

Consultation réclamée

Les manifestants approchés par le «24 Heures» ont tous déploré l’absence de consultation populaire.

«Il n’y a pas eu de consultation et là ils imposent ça», a déploré Gaby Deschesne, résident d'Outremont. C’est «improvisé», a critiqué pour sa part Daniel Major, évoquant des questions en suspens, comme le coût d’installation de la nouvelle signalisation.

«Le plan de stationnement n’était pas dans le plan électoral du maire», a souligné Henri Welsh, qui était aussi présent à la manifestation.

Selon M. Tomlinson, les revenus des vignettes financeront des projets écologiques. «C’est du greenwashing (éco-blanchiment)», croit pour sa part la résidente Lucile Baladier, qui réclame une analyse d'impact.

Véronique Chanson était venue manifester avec sa famille. Les vignettes devraient être disponibles seulement pour les résidents, a-t-elle plaidé. En permettant à tous de les acheter, «il va y avoir un problème de stationnement», croit-elle.

«On a des citoyens qui se trouvent devant un mur», a regretté Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal, présent à la manifestation. Le maire n’est «même pas prêt à reporter l’adoption de ce règlement» le temps d’une consultation, a-t-il dénoncé.

Une démarche a été amorcée par des citoyens pour forcer la tenue d’une consultation en vertu du droit d’initiative.