/news/politics
Navigation

Inondations: des maires montent aux barricades

Dossier inondation avant-après
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

OKA – Des maires montent aux barricades à quelques heures de nombreuses consultations partout au Québec, lesquelles vont se dérouler simultanément dans une vingtaine de municipalités visées par les fameuses zones d’intervention spéciale (ZIS) des territoires inondés en 2017 ou en 2019.

À Oka, dans les Laurentides, le maire Pascal Quevillon a suggéré à l’équipe de TVA Nouvelles de l’accompagner chez l’un des citoyens dont le terrain est situé près du territoire Mohawk, en haut de la côte de la route 344, à plusieurs mètres au-dessus du lac des Deux Montagnes. Pourtant, ce secteur serait potentiellement inondable selon la nouvelle carte du gouvernement et le maire Quevillon n’en revient pas. 

«C’est un non-sens. On est à plusieurs dizaines de mètres en haut du niveau du lac. Si l’eau monte jusqu’ici, l’île de Montréal n’existe plus. On va peut-être seulement voir quelques étages de gratte-ciel qui vont être à travers l’eau», a imagé Pascal Quevillon. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Trente kilomètres plus à l’est, à Boisbriand, la mairesse Marlène Cordato a aussi des réserves face au scénario proposé. 

«Quand on regarde ça, le pont de l’autoroute 15 serait dans la zone inondable. On comprend qu’il traverse la rivière des Mille Îles, mais il n’y a pas d’eau qui atteint ce pont», a expliqué l’élue. 

Le ministère des Affaires municipales se défend

Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation soutient qu’il peut y avoir des erreurs dans la cartographie. Dans un tel cas, les citoyens et les municipalités peuvent les signaler. Il rappelle également que les municipalités ont leurs intérêts à défendre. 

«Je peux comprendre très bien qu’un élu municipal soit très préoccupé par la capacité de son développement résidentiel, donc par son assiette fiscale. C’est certain! Mais d’un autre côté, ce qui est important, c’est de bien connaître le territoire, d’avoir la bonne réglementation pour faire les bons choix», a dit Jean Dionne, directeur général adjoint aux opérations régionales du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.