/sports/hockey/canadien
Navigation

Les 10 meilleurs espoirs du Canadien

Coup d'oeil sur cet article

Il y a longtemps que le Canadien n’a pas compté sur un bassin d’espoirs parmi les mieux nantis de toute la Ligue nationale de hockey.  

Grâce à plusieurs sélections dans les trois premiers tours du repêchage, le Tricolore aligne une demi-douzaine d’espoirs qui peuvent aspirer à occuper un rôle important chez les professionnels. On parle ici d’un rôle au sein des deux premiers trios pour un attaquant, une place dans le top-4 pour un défenseur ainsi qu’un poste de numéro un pour un gardien.     

Qui plus est, le bassin d’espoirs du CH a perdu deux morceaux importants la saison dernière puisque Jesperi Kotkaniemi et Noah Juulsen ont officiellement «gradué» après avoir disputé leur 25e rencontre dans la LNH. Il a cependant ajouté Nick Suzuki l’automne dernier dans la transaction qui a envoyé Max Pacioretty à Vegas.     

Nouvelle formule  

La résurgence du bassin d’espoirs du CH parmi les meilleurs du circuit peut être attribuée à plusieurs facteurs : l’acquisition de plusieurs choix de deuxième et de troisième tour, la conservation de nos propres choix ainsi que la non-participation de l’équipe au tournoi printanier lors des deux dernières saisons.     

Il semble également que l’organisation ait décidé d’accorder une plus grande importance au processus de sélection des joueurs, tenant des «combines» privés à Montréal et maintenant en Europe. Il emploie aussi un psychologue sportif de renom, capable de discerner les traits de caractère des joueurs que le CH a dans sa mire.     

Tout ceci a permis au CH de faire des progrès importants dans ce domaine.     

Les 10 meilleurs  

Maintenant, déterminons le top-10 des meilleurs espoirs de l’équipe. Compte tenu du nombre de joueurs impliqués, la sélection ne fut pas si simple.      

Outre le top-10, cinq joueurs ont également été retenus et ajoutés à la fin du palmarès. Un joueur a également obtenu le titre de «carte cachée» en raison de son grand potentiel, mais du risque qui accompagne l’atteinte de ce potentiel.     

Joël Lemay / Agence QMI

10. Jake Evans, C (7e tour 2014)  

Âge : 23 ans
Taille : 6 pi
Poids : 185 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 67 pj, 13 b, 32 p = 45 pts (Laval, LAH)  

Après avoir passé quatre années dans la NCAA avec l’Université Notre Dame, Evans a disputé sa première saison chez les professionnels l’an dernier avec le Rocket de Laval. Et il n’a pas déçu. Il a terminé au deuxième rang des pointeurs de l’équipe, tout en étant un joueur sur qui Joël Bouchard a pu compter dans les moments critiques d’un match. Efficace dans le cercle des mises au jeu, Evans s’est targué de la responsabilité de premier joueur de centre du Rocket pendant de longues périodes au cours de la saison.     

STEVE MADDEN/AGENCE QMI

9. Jayden Struble, DG (2e tour 2019)  

Âge : 17 ans
Taille : 6 pi
Poids : 205 lb
Lance de la gauche
Statistiques 2018-2019 : 28 pj, 10 b, 30 p = 40 pts (St. Sebastian’s School, USHS)  

Fraîchement sélectionné au deuxième tour du plus récent repêchage, Struble est ce qu’on pourrait qualifier en bon français de «freak» athlétique. À 17 ans, il possède une musculature déjà bien développée et jouit d’un niveau d’athlétisme très avancé pour quelqu’un de son âge. Lors du plus récent «combine» de la LNH, il a terminé au sommet dans cinq catégories sur 18, du jamais vu dans l’histoire de cet événement annuel regroupement les meilleurs espoirs de la LNH. Cet athlétisme est mis en évidence sur la patinoire avec son coup de patin fluide et explosif ainsi que sa capacité à remporter ses batailles à un contre un pour la possession de la rondelle. S’il est en mesure de terminer ses cours à temps, il pourrait se joindre à l’excellent programme de l’Université Northeastern dès cet automne. Sinon, il disputera une saison dans la BCHL (Junior A) avec les Grizzlies de Victoria.     

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

8. Cale Fleury, DD (3e tour 2017)  

Âge : 20 ans
Taille : 6 pi 1 po
Poids : 203 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 60 pj, 9 b, 14 p = 23 pts (Laval, LAH)  

Outre Jake Evans, Cale Fleury fut l’une des belles surprises parmi les patineurs de première année chez le Rocket de Laval. Âgé de seulement 20 ans, l’arrière de 6 pi 1 po et 203 lb a inscrit neuf buts et 23 points la saison dernière, une récolte qui lui confina le 16e rang des pointeurs chez les défenseurs de la Ligue américaine de hockey parmi toutes les recrues. Il a rapidement gagné la confiance de ses entraîneurs et a obtenu plus de temps de jeu et de missions importantes à mesure que la saison progressait. Son tir est une arme redoutable en raison de la puissance et la précision de celui-ci. Il se déplace drôlement bien pour un joueur de son gabarit et se tâche de bien fermer l’espace entre lui et les attaquants qui tentent de le défier. À la suite du départ de Brett Lernout, il devrait continuer de prendre du galon.      

Joël Lemay / Agence QMI

7. Jesse Ylönen, AD (2e tour 2018)  

Âge : 19 ans
Taille : 6 pi 1 po
Poids : 172 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 53 pj, 13 b, 14 p = 27 pts (Pelicans, Liiga)  

Ylönen a connu une saison 2018-2019 assez mouvementée. Il a donné ses premiers coups de patin en Liiga, la meilleure ligue de hockey de Finlande, en plus de défendre les couleurs de son pays lors du Championnat mondial de hockey junior. Il a d’ailleurs permis à la Finlande de remporter la médaille d’or, inscrivant un but lors de la finale. Un attaquant qui possède un excellent coup de patin ainsi qu’un flair offensif inné, Ylönen est ultra-créatif avec la rondelle. Il réalise des jeux que peu de joueurs peuvent accomplir grâce à sa vitesse d’exécution et sa vision du jeu supérieure à la moyenne. Il disputera au moins une autre saison à Lahti avec les Pelicans avant de faire le trajet de ce côté-ci de l’Atlantique.     

Joël Lemay / Agence QMI

6. Cayden Primeau, G (7e tour 2017)  

Âge : 19 ans
Taille : 6 pi 3 po
Poids : 198 lb
Attrape de la gauche
Statistiques 2018-2019 : 36 pj, moy. : 2,09, % d’arrêt 0,933 (St. Cloud State, NCAA)  

Après deux saisons au niveau collégial avec les Huskies de Northeastern, Primeau a décidé de faire le saut chez les professionnels le printemps dernier. Même si son parcours dans la NCAA aura été bref, il a tout de même laissé sa marque. Il a remporté le trophée Mike Richter remis au meilleur gardien de la NCAA au terme de la dernière saison en plus d’obtenir une place sur la première équipe d’étoiles de la section Hockey East. Il a également permis à la formation américaine de mettre la main sur la médaille d’argent lors du Mondial junior après être venu en relève à Kyle Keyser à la suite d'une contre-performance de ce dernier. Un gardien calme qui est rarement pris hors position, Primeau bloque adéquatement les angles de tir grâce à son gabarit qu’il utilise à son avantage ainsi que son positionnement. Il sera l’un des deux gardiens du Rocket de Laval la saison prochaine.     

Joël Lemay / Agence QMI

5. Josh Brook, DD (2e tour 2017)  

Âge : 20 ans
Taille : 6 pi 1 po
Poids : 192 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 59 pj, 16 b, 59 p = 75 pts (Moose Jaw, WHL)  

Le défenseur de 20 ans est probablement plus près de la LNH que ce qu’on peut le croire. Lors du plus récent camp de perfectionnement de l’équipe, il fut sans contredit le meilleur arrière parmi tous ceux qui y étaient. Lorsqu’il transporte la rondelle, on peut observer la qualité première de ce joueur sélectionné au deuxième tour du repêchage il y a deux ans. Il garde la tête haute et se sert de son excellent jeu de pied pour tromper l’adversaire et ouvrir les lignes de passe. Ses passes ratent rarement leur cible. Son jeu offensif a longtemps été considéré comme étant supérieur à son jeu défensif, mais l’écart s’est rétréci considérablement au cours de la dernière année. Lors du dernier Mondial junior, il a rempli de nombreuses missions défensives et il a relevé le défi avec brio. Ne reste plus qu’à voir comment son style, adapté au hockey d’aujourd’hui, se transposera au hockey professionnel avec le Rocket la saison prochaine.     

AFP

4. Alexander Romanov, DG (2e tour 2018)  

Âge : 19 ans
Taille : 5 pi 11 po
Poids : 185 lb
Lance de la gauche
Statistiques 2018-2019 : 43 pj, 1 b, 3 p = 4 pts (CSKA, KHL)  

La sélection d’Alexander Romanov au 38e échelon du repêchage de 2018 a fait sourciller bien des amateurs du Canadien. On ne connaissait que très peu de choses de ce défenseur qui évoluait dans les rangs juniors en Russie. Disons qu’un an plus tard, le principal intéressé a réussi à dissiper les doutes. À seulement 18 ans, Romanov s’est taillé une place au sein du CSKA de Moscou, l’équipe championne de la KHL, avec qui il a disputé 43 parties. Un exploit plutôt rare dans ce circuit. Il a également été nommé meilleur défenseur du Championnat mondial junior avec une récolte de huit points en seulement sept parties. Un défenseur qui se démarque dans les trois zones, Romanov excelle en lecture du jeu, ce qui lui permet de bien choisir les moments où il décide d’appuyer l’attaque. En défensive, il ferme l’espace entre lui et les attaquants adverses de manière efficace, si bien qu’il est en mesure de distribuer de solides mises en échec. Le contrat de Romanov avec le CSKA viendra à échéance à la fin de la saison 2019-2020 et il ne serait pas surprenant de le voir signer à Montréal immédiatement après la fin de son entente.     

Joël Lemay / Agence QMI

3. Nick Suzuki, C/AD (Transaction-VGK)  

Âge : 19 ans
Taille : 5 pi 11 po
Poids : 183 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 59 pj, 34 b, 60 p = 94 pts (Guelph/Owen Sound, OHL)  

Nick Suzuki a probablement connu l’année la plus mouvementée parmi tous les espoirs du Canadien. Acquis des Golden Knights de Vegas dans la transaction de Max Pacioretty en septembre dernier, il a participé à deux camps de la LNH avant de retourner dans la Ligue junior de l’Ontario. Il a par la suite participé au Championnat mondial de hockey junior en décembre pour ensuite être échangé de l’Attack d’Owen Sound au Storm de Guelph. Ça ne s’arrête pas là. Suzuki a connu des séries du tonnerre, permettant à sa troupe de remporter le championnat de la ligue. Il a mis la main sur le titre du meilleur joueur des séries en vertu d’une récolte de 42 points en 24 matchs, 11 points de plus que le deuxième meilleur marqueur. Suzuki a davantage évolué au centre cette saison, mais il ne serait pas surprenant de le voir s’aligner à l’aile chez les pros. Il possède un excellent tir des poignets et d’excellentes habiletés avec la rondelle. Il aime ralentir le jeu et évaluer patiemment ses options lorsqu’il transporte la rondelle. Il est capable de dribler habilement avec la rondelle pour tromper ses couvreurs, mais aussi d’effectuer des passes précises. En somme, Suzuki est un joueur complet qui rapportera des dividendes à l’équipe dans toutes les facettes du jeu. Il se joindra au Rocket de Laval cette année, mais on pourrait le voir à Montréal plus vite qu’on ne le pense.     

Joël Lemay / Agence QMI

2. Ryan Poehling, C (1er tour 2017)  

Âge : 20 ans
Taille : 6 pi 2 po
Poids : 195 lb
Lance de la gauche
Statistiques 2018-2019 : 36 pj, 8 b, 23 p = 31 pts (St. Cloud State, NCAA)  

Quelle entrée en scène pour Ryan Poehling! À son premier match dans la LNH, le dernier de la saison 2018-2019 du CH, le choix de premier tour de l’équipe en 2017 a inscrit un tour du chapeau en plus d’ajouter une autre réussite lors des tirs de barrage. Un fait d’armes qui restera dans les annales du club le plus décoré de l’histoire du hockey. Avant de faire le saut chez les professionnels après sa troisième année dans le circuit des universités américaines, Poehling a retenu l’attention au Mondial junior en étant nommé le joueur le plus utile du tournoi. Les amateurs du Canadien ont enfin pu voir le potentiel offensif de ce joueur à qui on avait collé l’étiquette d’attaquant à caractère défensif. Sera-t-il en mesure de se tailler une place avec le grand club dès cette année? Devrait-il être envoyé à Laval afin de jouer de grosses minutes? L’état-major aura une décision importante à prendre dans son cas au camp principal de l’équipe en septembre. Une chose est sûre, lors du dernier camp de perfectionnement, Poehling avait l’air d’un homme parmi les enfants. La qualité de son jeu dans les trois zones est supérieure à tous les espoirs du club à l’heure actuelle.     

Joël Lemay / Agence QMI

1. Cole Caufield, AD (1er tour 2019)  

Âge : 18 ans
Taille : 5 pi 7 po
Poids : 162 lb
Lance de la droite
Statistiques 2018-2019 : 64 pj, 76 b, 28 p = 104 pts (USNTDP-U18)  

Le plus récent choix de premier tour de l’équipe occupe le premier rang de ce palmarès pour plusieurs raisons. Perçu comme un choix du top-5 par le journaldemontreal.com ainsi que par d’autres publications spécialisées dans la couverture des repêchages, Caufield a glissé jusqu’au 15e rang en raison notamment de sa petite stature. Il ne faut toutefois pas laisser ce détail tromper notre évaluation du joueur. Caufield est un attaquant dynamique capable de marquer des buts de plusieurs façons en raison de son tir élite et de son sens du jeu de haut niveau. Il a inscrit pas moins de 76 buts la saison dernière avec le programme de développement des États-Unis, dont 14 en 18 matchs face à des équipes universitaires qui alignaient parfois des joueurs huit ans plus vieux que lui. Il a également égalé le record d’Alex Ovechkin lors du Championnat des moins de 18 ans en inscrivant 14 buts en seulement sept rencontres. Lors du plus récent camp de perfectionnement du Canadien, il a été possible d’apprécier une facette de son jeu qui lui permet de marquer autant de buts : sa capacité à trouver les zones vacantes en territoire ennemi pour qu’il soit en mesure d’utiliser son arme de prédilection à plein escient, son tir. Il ne faut pas non plus négliger d’autres aspects de son jeu qui font de lui un joueur plus complet. Même s’il aime parfois se cacher derrière les défenseurs adverses, il effectue tout de même régulièrement des replis défensifs calculés afin de venir en aide à ses défenseurs ainsi qu’à son joueur de centre. Même s’il n’est pas considéré comme un marchand de vitesse, son coup de patin est loin d’être une lacune. À moins d’un revirement de situation, Caufield se joindra au programme de hockey de l’Université du Wisconsin à l’automne.     

Les cinq prochains   

• Joni Ikonen, C/AD (2e tour 2017) – Ralenti par les blessures la saison dernière, Ikonen n’a disputé que 13 rencontres avec le Kalpa Kuupio dans la Liiga. Il a tout de même récolté 10 points, seulement quatre de moins que la saison précédente alors qu’il avait disputé 52 matchs.     

• Jordan Harris, DG (3e tour 2018) – Harris a obtenu un rôle important dès sa première année dans les rangs collégiaux avec l’Université Northeastern. Un arrière mobile qui possède un potentiel offensif qu’il n’a fait qu’effleurer jusqu’à maintenant.     

• Allan McShane, C/AG (4e tour 2018) – Une excellente troisième saison dans la Ligue junior de l’Ontario lui a valu une invitation au camp estival d’Équipe Canada junior.     

• Jacob Olofsson, C (2e tour 2018) – Malgré une saison en deçà des attentes dans la SHL, Olofsson aura l’occasion de progresser en se joignant à l’excellent club de Skelleftea en 2019-2020. Il devrait à nouveau faire partie de la formation suédoise au Mondial junior.     

• Mattias Norlinder, DG (3e tour 2019) – Sorti un peu de nulle part, Norlinder a connu une excellente fin de saison avec le club de Modo dans la deuxième meilleure ligue de Suède. Un défenseur qui possède l’un des meilleurs coups de patin de tous les espoirs de l’équipe sera à surveiller la saison prochaine.     

Rhett Pitlick.
Joël Lemay / Agence QMI
Rhett Pitlick.

La carte cachée   

Rhett Pitlick, C (5e tour 2019)     

Ce petit attaquant a fait tourner les têtes lors du plus récent camp de perfectionnement du CH. Possédant de grandes habiletés avec la rondelle ainsi qu’un coup de patin puissant, Pitlick pourrait devenir une autre prise judicieuse du Canadien lors du cinquième tour. Il évoluera dans la USHL la saison prochaine avant de faire le saut dans la NCAA avec l’Université du Minnesota en 2020.     

Le reste :   

Alexandre Alain, C/AD (Joueur autonome)
Cole Fonstad, AG (5e tour, 2018)
Jack Gorniak, AG (4e tour, 2018)
Rafaël Harvey-Pinard, AG (7e tour 2019)
Cameron Hillis, C/AD (3e tour, 2018)
Samuel Houde, C/AG (5e tour, 2018)
Arsen Khisamutdinov, C (6e tour 2019)
Michael Pezzetta, AG (6e tour, 2016)
Brett Stapley, C (7e tour, 2018)
Joël Teasdale, AG (Joueur autonome)
Lukas Vejdemo, C (3e tour, 2015)
Hayden Verbeek, AG (Joueur autonome)
Antoine Waked, AD (Joueur autonome)     

--     

Gianni Fairbrother, DG (3e tour 2019)
Arvid Henrikson, DD (7e tour, 2016)
Jacob LeGuerrier, DG (5e tour 2019)
Otto Leskinen, DG (Joueur autonome)
Kieran Ruscheinski, DG (7e tour 2019)
David Sklenicka, DG (Joueur autonome)     

--     

Frederik Dichow, G (5e tour 2019)
Michael McNiven, G (Joueur autonome)