/qubradio
Navigation

Les chansons en français de «Mamma Mia!» provoquent un débat à QUB radio

Les chansons en français de «Mamma Mia!» provoquent un débat à QUB radio
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Caroline St-Hilaire et Maka Kotto ont débattu, jeudi, à leur rendez-vous matinal de QUB radio à propos des chansons du spectacle «Mamma Mia!», qui sont interprétées en français dans la version montréalaise. Le couple d'animateurs ne s'entend pas à savoir si les pièces auraient dû demeurer en anglais.

En effet, doit-on traduire les comédies musicales internationales totalement en français lorsqu’elles débarquent dans la métropole? Maka Kotto et Caroline St-Hilaire ont croisé le fer jeudi matin à ce sujet.

Ces jours-ci, le spectacle «Mamma Mia!», mis en scène par Serge Postigo,est joué en français, y compris les chansons (hormis les trois pièces du rappel).

  • ÉCOUTEZ le débat entre Maka Kotto et Caroline St-Hilaire sur QUB radio:

«Les chansons d'ABBA [qu’on entend dans ce spectacle] ne sont jamais chantées en chinois ou en allemand. Les gens qui payent des billets ne s’attendent pas à "La loi du plus fort" au lieu de "The Winner Takes It All", s’est insurgée Caroline St-Hilaire. L’entendre en français, je suis désolée, ça enlève complètement le plaisir. J’ai jamais écouté ABBA en français. Ça ne se peut pas que tu ais besoin de la traduction de la chanson pour comprendre la pièce.»

Son conjoint n’était pas de cet avis. «Si Shakespeare avait été joué strictement en anglais, il n’aurait jamais eu le succès qu’il a eu, a rétorqué Maka Kotto. C’est un poète et la chanson c’est de la poésie. Si les gens qui détiennent les droits des chansons veulent que ça se passe dans la langue locale, je trouve ça cohérent. L’idée est de partager l’âme de l’œuvre.»

Le coanimateur de l’émission du matin a cité le linguiste français d'origine tunisienne Claude Hagège afin de parfaire son point. «Seuls les gens mal informés pensent qu’une langue sert seulement à communiquer. Une langue constitue aussi une manière de penser, une façon de voir le monde, une culture», a enchaîné Maka Kotto.

Caroline St-Hilaire a conclu, mi-amusée, mi-outrée:`«Il fallait que ça soit chanté en français pour qu’il aime ABBA. Ça fait des années que je chante du ABBA à la maison et je passe pour la quétaine», a-t-elle dit.

«Ça, ça me pénètre au plus profond de moi-même, a dit Maka Kotto en entendant la chanson en français. Elle est belle cette langue française.»

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions