/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mamma Mia! La comédie musicale qui change de langue en chemin

Coup d'oeil sur cet article

Mamma Mia! est une comédie musicale tout à fait exceptionnelle. Sur tous les plans.  

Les chansons sont celles du mythique groupe suédois ABBA. Le synopsis est d’un romantisme irrésistible. Les chorégraphies sont enlevantes. Bref, un spectacle formidable dont le succès mondial depuis sa création à Londres en 1999 est amplement mérité.  

Sous le metteur-en-scène émérite Serge Postigo, Mamma Mia! débarque à Montréal, au Théâtre St-Denis. Plus de 50 000 billets sont déjà vendus. C’est pour dire la très haute qualité de cette version québécoise.  

Avant son arrivée en salle, Serge Postigo, en tournée d’entrevues, a souvent expliqué pourquoi les chansons seraient en anglais et les dialogues en français. Impossible en effet de ne pas dénaturer d’aussi immenses succès de la musique pop contemporaine si on ne les chantait pas dans leur anglais originel – langue dans laquelle tous les fans de ABBA les connaissent, de toute manière.  

Le 27 juin au soir, je suis donc allée voir le spectacle avec ma sœur. Surprise! Serge Postigo monte sur scène pour nous annoncer que ce soir, il était très «fier» de nous montrer Mamma Mia! avec les chansons de ABBA traduites, ou adaptées, en français!  

Il y a eu comme un silence gêné dans la salle. Incrédule, même. Certains croyaient qu’il blaguait. D’autres, ont hué discrètement. D’autres encore, ont tout simplement quitté la salle sans faire de bruit.  

On ne comprenait pas ce qui se passait. Donc, le spectacle commence.  

Personnellement, j’étais en furie, mais comme ma sœur ne parle pas anglais, je me suis dit, bon, je vais faire contre mauvaise fortune, bon cœur. Mais ça ne marchait pas.  

Dès la première chanson de ABBA chantée en français, la déception était énorme. Pour moi, bien sûr. Mais elle se sentait aussi dans la salle.  

C’est comme si Martin Fontaine donnait son spectacle Elvis Experience en chantant les chansons d’Elvis Presley en français! Imaginez-le en train de chanter : «Es-tu seule ce soir? T’ennuies de moi ce soir?», ou «On ne peut pas continuer ensemble avec des esprits soupçonneux?» ou «Tu n’es rien d’autre qu’un chien de chasse!», ou «C’est maintenant ou jamais», etc.  

Je ne pense pas que ce serait très apprécié...  

Bon. De retour à Mamma Mia!, jeudi soir dernier.  

Le spectacle continue. Les artistes sont formidables. Tous et toutes. Le décor est fabuleux. Les chorégraphies sont en feu. L’histoire est drôle et touchante.  

Au fil du temps, on se prend donc peu à peu à apprécier le spectacle grâce à ses artistes et sa mise-en-scène, mais en même temps, envers et contre les versions françaises pénibles à écouter pour ceux et celles qui connaissent et aiment vraiment la discographie de ABBA.  

Mais, je me suis dit que je reviendrais voir le spectacle un autre soir lorsque les chansons seraient en anglais.  

Oups! Voilà que cette semaine, le Journal nous apprend ceci:  

«Après trois semaines à l’affiche au Théâtre St-Denis, Mamma Mia ! est passée au français. Les détenteurs des droits de la comédie musicale ont finalement exigé que les chansons d’ABBA soient traduites, forçant la distribution québécoise à changer le spectacle entier en un après-midi, jeudi dernier. (...)  

«Partout où le spectacle est présenté, ils exigent que les chansons soient dans la même langue que les dialogues. Ils font ça dans une volonté que les gens puissent suivre l’histoire, racontée à travers les chansons », précise le metteur en scène Serge Postigo en entretien au Journal.»  

Tiens donc, jeudi dernier, c’était justement le soir du 27 juin. Pas de chance pour moi.  

À Berlin, Mamma Mia! fut en effet présenté en version allemande. Là aussi, le résultat est bizarre, il faut l’avouer.  

Idem à Pékin, en mandarin, et ailleurs dans le monde, en 14 autres langues.  

Mais si les «détenteurs des droits» ont exigé cela à Montréal, alors comment se fait-il que Mamma Mia! sera présenté cet automne à Paris «en version originale anglaise et surtitrée en français) ? Du moins, c’est ce qu’on annonce ici.  

Pourquoi ce deux poids, deux mesures entre Paris et Montréal? Et pourquoi est-ce que les «détenteurs de droits» de Mamma Mia! auraient aussi accepté que les chansons soient en anglais à Montréal jusqu’au 27 juin dernier?  

Cela dit, ne boudons pas notre plaisir. Ce spectacle est magnifique. Point. Bravo à toute la distribution !!!