/sports/hockey/canadien
Navigation

Offres hostiles: plus que Mitch Marner

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant que le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, a mis fin à une période de plus de six ans sans offre hostile, la stratégie reviendra-t-elle au goût du jour?  

La cuvée de joueurs autonomes avec compensation est particulièrement attrayante cet été et certains hockeyeurs ont pris des notes lorsque cet outil a souri à Sebastian Aho. Le Finlandais a pu décrocher le contrat que les Hurricanes de la Caroline refusaient au préalable de lui consentir.   

Voici une liste de joueurs autonomes avec compensation toujours en quête d’une entente.   

C’est moindrement possible   

  

Patrik Laine, Jets de Winnipeg   

La menace d’une offre hostile est-elle bien réelle pour l’attaquant finlandais?   

Les négociations entre les Jets de Winnipeg et le camp de Laine traîneraient de la patte. Le franc-tireur de 21 ans a connu une saison décevante à sa troisième année dans la Ligue nationale (LNH). Il a amassé 50 points, dont 30 buts, ce qui est inférieur aux standards qu’il avait établis à son arrivée dans le circuit.   

À l’exception d’Alexander Ovechkin, existe-t-il un attaquant avec un tir aussi dévastateur que celui de Laine? On pourrait certainement concevoir qu’une équipe soit prête à tout pour obtenir les services de ce marqueur-né.   

D’ailleurs, l’avenue de l’offre hostile pourrait être considérée, étant moins controversée maintenant que Bergevin a ouvert la «boîte de Pandore».   

Photo d'archives, AFP

Les Jets bénéficient toutefois d’une grande marge de manœuvre (près de 23 millions $), et ce, même si Kyle Connor a également besoin d’un nouveau contrat. Toute offre qui ne se situe pas dans le plus haut palier est inutile.   

Comme il faut s’y attendre, le directeur général Keven Cheveldayoff a fait savoir qu’il égalerait toute offre soumise à Laine ou Connor.   

Mitch Marner, Maple Leafs de Toronto   

Kyle Dubas a été créatif et voilà qu’il a 11 millions $ sous la main. Marner tient à être respecté au même titre qu’Auston Matthews, mais il demeure un produit local. Signer une offre hostile n’est pas une décision si évidente pour lui.   

Le directeur général des Maple Leafs de Toronto a fait savoir qu’il n’égalerait pas systématiquement n’importe quelle offre et qu’il réfléchirait avant tout à la valeur des compensations impliquées. Quatre choix de premier tour pourraient être immédiatement refilés à d’autres équipes, ce qui permettrait aux Leafs d’obtenir des renforts immédiats et de demeurer une équipe prétendante.   

Photo AFP

Dans cette situation, l’offre hostile doit être incroyablement agressive – et moins logique et raisonnable que celle du CH – pour faire réfléchir Dubas. C’est là le problème avec cet outil : si la proposition n’est pas excessive, elle sera pratiquement toujours égalée.   

Cela dit, surpayer outrageusement Marner ne serait peut-être pas la fin du monde pour une équipe qui aspire à gagner immédiatement et dont le noyau est vieillissant. Il est question ici d’un des attaquants les plus dynamiques du circuit.   

Kevin Labanc, Sharks de San Jose   

Au moment d’écrire ces lignes, l’espace sous le plafond salarial des Sharks était d’environ 6,4 millions $. Si une équipe aime plus Labanc que San Jose, ça peut devenir intéressant.   

L’ailier droit a établi un sommet personnel avec 56 points la saison dernière. On se souviendra longtemps de sa récolte de quatre points en un avantage numérique de cinq minutes lors du match ultime contre les Golden Knights de Vegas, au premier tour des séries.   

À l’attaque, les Sharks ont perdu un gros morceau en Joe Pavelski et le départ de Joonas Donskoi leur enlève également de la profondeur. Il ne serait pas idéal pour eux de perdre Labanc, mais il reste à voir si les Sharks le considèrent comme une partie de leur noyau.   

Kyle Connor, Jets de Winnipeg   

Les Jets ne sont pas vraiment vulnérables à une offre hostile sur le plan de la masse salariale et Cheveldayoff a fait savoir qu’il égalerait toute proposition.   

Cependant, quelques équipes ont discuté avec Connor depuis l’ouverture de la période d’entrevues pour les joueurs autonomes avec compensation.   

Ailier gauche rapide et fort doué, Connor a amassé 66 points, dont 34 buts, la saison dernière.   

Jakub Vrana, Capitals de Washington   

Les Capitals de Washington n’ont qu’une marge de manœuvre de 4,3 millions $ et les contrats de Nicklas Backstrom et Braden Holtby viendront à échéance au terme de la prochaine saison.   

Vrana est talentueux, mais il n’est pas pour autant l’un des cinq meilleurs joueurs de son équipe. L’ailier gauche de 23 ans vient de connaître sa meilleure saison et une équipe croyant qu’il peut encore progresser pourrait tenter le coup en soumettant une offre qui sort des sentiers battus.   

  

C’est plus ou moins logique   

  

Matthew Tkachuk, Flames de Calgary   

La peste vient d’éclore avec une récolte de 77 points, dont 34 buts. Il y a plusieurs dimensions dans le jeu de Tkachuk, un joueur qui a le don de faire sortir l’adversaire de ses gonds.   

Les Flames de Calgary ont toutefois suffisamment d’espace pour rendre futiles les déclarations de guerre (un peu plus de 9,4 millions $). Mais bon, il y a aussi Sam Bennett, Andrew Mangiapane et David Rittich qui n’ont pas de contrat. Une équipe audacieuse pourrait leur compliquer la tâche.   

Cependant, Tkachuk n’est pas du calibre de Marner, Aho et cie. Lui consentir 9 millions $ ou plus est difficilement justifiable et, en dessous de ce seuil, on imagine que les Flames égaleraient l’offre les yeux fermés.   

Brock Boeser, Canucks de Vancouver   

Boeser se retrouve en quelque sorte dans la même situation que Tkachuk. Les Canucks sont légèrement plus coincés contre le plafond salarial (environ 7,8 millions $) que les Flames. Une équipe peut décider de le surpayer volontairement, mais Jim Benning tenterait probablement par tous les moyens de libérer davantage d’espace afin de garder le compagnon de trio d’Elias Pettersson à Vancouver.   

Cela fait quelque temps déjà que la formation canadienne est en reconstruction. Les choix au repêchage cédés en guise de compensation seraient intéressants, mais davantage en tant que monnaie d’échange. L’équipe doit recommencer à se battre pour une place en séries à un moment ou un autre.   

Colin White, Sénateurs d'Ottawa   

Il s'agit d'une pure hypothèse, mais à l'instar de ce qu'a tenté Bergevin, une équipe pourrait être tentée à profiter de la vulnérabilité financière des Sénateurs d’Ottawa. Des bonis à la signature peuvent être utilisés pour forcer Eugene Melnyk à écrire immédiatement un chèque important. Mais la formation canadienne mise sur tellement d'espace qu'elle a consenti 3,5 millions $ par année à Ron Hainsey pour atteindre le plancher salarial. White est un jeune joueur de centre prometteur, mais une équipe ne verrait probablement pas l'intérêt d'offrir une somme d'argent assez considérable pour faire reculer les «Sens».   

  

C’est fort improbable, pour ne pas dire impossible   

  

Brayden Point, Lightning de Tampa Bay   

Le Lightning dispose d'environ 8 millions $ pour s'entendre avec Point à l'heure actuelle. En théorie, la situation est assez précaire pour justifier une offre hostile.   

Le problème, c'est que Point ne voudrait pas quitter Tampa et ne signerait probablement même pas l'offre hostile. Ce serait d'ailleurs pourquoi le CH aurait jeté son dévolu sur Aho après avoir considéré l'attaquant du Lightning.   

Mikko Rantanen, Avalanche du Colorado   

L’Avalanche dispose d’un peu plus de 27 millions $ sous le plafond salarial. L'équipe a quelques joueurs autonomes avec compensation à faire signer – Andre Burakovsky, J.T. Compher et Nikita Zadorov, notamment –, mais il n'y a aucun dossier de trop grande importance.   

Rantanen, 22 ans, remplit toutes les qualifications d’un intouchable. Il vient de connaître une saison de 87 points et il a été tout aussi étincelant en séries. Le Finlandais forme l’un des duos les plus dangereux du circuit avec Nathan MacKinnon. Joe Sakic fera tout en son pouvoir pour conserver ses services.   

Zach Werenski, Blue Jackets de Columbus   

Les Blue Jackets ont présentement 17 millions $ à leur disposition et ils ont déjà beaucoup souffert en voyant de nombreux gros morceaux quitter Columbus, dont leur meilleur attaquant et leur meilleur gardien.   

Jarmo Kekalainen n’accepterait probablement pas de subir un autre affront et il égalerait sans doute n’importe quelle proposition soumise à son jeune défenseur.