/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Quelques infos pratiques pour se préparer financièrement à devenir parent

Quelques infos pratiques pour se préparer financièrement à devenir parent
Crédit : Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

L’idée d’accueillir un bambin sur cette planète en titille peut-être plusieurs, mais une question quasi incontournable ralentit leurs ardeurs: «Mon budget est-il assez spacieux pour accommoder un humain supplémentaire quand j’en arrache parfois pour fitter dedans moi-même?» 

Ils ne sont pas seuls à hésiter pour cette raison. Dans un récent sondage du New York Times, 64% des répondants affirmaient remettre ça à plus tard pour des motifs budgétaires. 

L’équipe de porte-monnaie, cumulant ZÉRO année d’expérience parentale, a cherché à savoir si c’était aussi difficile qu’on se l’imagine. 

La vie de parent en chiffre: l’opinion de la «science»

La liste des facteurs qui déterminent le coût pour élever un kid est pratiquement infinie.

On rapporte souvent les résultats de l’étude de MoneySense qui affirme que ça tourne autour de 13 000$ par année en moyennne, mais mieux vaut prendre ces chiffres avec un gigantesque grain de sel.

Tout est une question de choix et de circonstances. La fillette qui joue au hockey va coûter pas mal plus cher que celle qui tripe peinture.    

Les 3 B: budget, budget, budget

Qu’importe la situation, un budget, ça fait des miracles, ne serait-ce que pour éviter de voir les mots «fonds insuffisants». 

Rachel, mère de Malik: «Je revoyais mon budget chaque mois en fonction de ce que j’avais réellement besoin de débourser pour que tout fonctionne».

Puis c’est tellement facile maintenant avec les applications budgétaires (nos critiques d’app budget sont ici). 

La gestion administrative

François, père de deux filles: «L’une des premières choses que nous avons faites avant l’arrivée de notre plus vieille était de créer un testament.»

Une visite sur le site de Régime québécois d’assurance parentale est de mise, surtout pour les travailleurs autonomes. 

L’épargne

C’est aussi le moment pour magasiner une assurance vie et pour cotiser à un Régime enregistré d’épargne-études (REEE). 

Martin, père de Laura: «Avant Laura, je vivais paycheck to paycheck. J’ai dû revoir mes dépenses, parce que des imprévus, y’en a en masse avec un bébé. Ça m’a obligé d’être plus discipliné financièrement et de me monter un coussin d’épargne.»

Le CELI est utile pour ce besoin. Afin de mieux comprendre le CELI, on a préparé une infographie quasiment aussi cute qu’un bébé qui s'endort, disponible ici

Le débat sur les couches

Cette dépense dure normalement de 35 à 40 mois. Dans la première année seulement, près de 2700 couches seront nécessaires selon Investopedia, ce qui équivaut à un peu moins de 800$ après taxes. 

Isabelle, mère de Maëlie : «Pour moi, c’était une question plus pratique que budgétaire comme choix d'y aller avec les jetables. J’ai pensé faire le switch aux couches réutilisables pour des raisons écologiques, mais quand j’ai lu qu’elles n’étaient peut-être pas si écolos, j’ai abandonné le projet.»

Si la couche jetable a des allures évidentes de vilain pollueur, la couche réutilisable en coton, une matière qui vient avec son lot de problèmes environnementaux, requiert beaucoup d’énergie. 

Claire, mère de Ayden: «Je fais un mix des deux. À la maison, je prenais des réutilisables et des jetables pour les sorties. Les réutilisables coûtent moins cher à la longue, pis j’espère juste qu’elles polluent moins.» 

Les achats

Un bébé vient avec son lot d’achats de bébelles.

François: «Nous avons acheté plusieurs vêtements de grandeurs différentes lorsqu’il y avait de gros soldes. Nous avons rarement refusé des articles usagés qui nous ont été donnés par des proches. Je fais partie de groupes Facebook de parents de ma région. Ces groupes sont une excellente source pour aider les parents à économiser».

Voilà une petite portion des choses à penser pour se préparer financièrement à devenir parent. Ça en fait beaucoup, mais ce n’est pas une raison de ne pas dormir la nuit si l’appel maternel ou paternel se fait trop fort. Le bébé s’acquittera suffisamment de cette tâche à son arrivée.  

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux