/sports/soccer/impact
Navigation

Gare aux «Huards»

Minnesota a marqué 10 buts à ses deux derniers matchs

MATCH-DE-IMPACT-CONTRE-ORLANDO-CITY
Photo d'archives, Agence QMI L’Impact pourra compter sur Samuel Piette samedi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas si longtemps, récolter trois points lors d’une visite du Minnesota United FC était presque une formalité pour l’équipe locale, mais les choses ont bien changé.

L’adversaire de l’Impact ce soir pointe au cinquième rang de l’Association Ouest, mais il vient de réaliser deux performances qui sont suffisantes pour allumer des lumières rouges sur bien des tableaux de bord.

Les « Huards » ont en effet pulvérisé Cincinnati par la marque de 7 à 1, pour ensuite battre San Jose au compte de 3 à 1.

Qui plus est, cette équipe est drôlement opportuniste avec ses 33 buts, le troisième meilleur total de la MLS, sur seulement 71 tirs cadrés, le cinquième plus petit total de ligue.

Confiance

« C’est une équipe en confiance, capable de marquer beaucoup de buts avec des joueurs très vifs et très mobiles vers l’avant, donc on est prévenus », a reconnu Rémi Garde vendredi matin.

« Ils sont très solides défensivement et ils attaquent massivement, en plus d’être rapides et de compter sur de bons fabricants de jeu, comme [Osvaldo] Alonso, [Darwin] Quintero et [Romario] Ibarra », a ajouté Shamit Shome.

Celui-ci estime que l’époque où cette équipe était un peu laissée pour compte est bien révolue.

« Ils n’ont pas été au mieux lors des deux dernières saisons, mais ils sont vraiment en train de trouver leur cadence.

Nous savons que ça sera un gros test, mais comme avec toutes les autres équipes, nous pouvons y faire face. »

Style

Cela dit, il faut éviter d’organiser le plan de match entièrement autour du style de l’adversaire, et Garde l’a souligné en rendant évident son penchant pour le jeu propre défensivement.

« La force de mon groupe est peut-être différente d’une équipe qui est capable de marquer quatre buts à chaque match. Mais on n’est pas obligés de marquer quatre buts si on n’en prend pas beaucoup. »

Il faudra donc voir si Garde décidera d’adopter à nouveau un schéma en 3-4-3 ou d’y aller pour le 4-3-3 qu’il a privilégié pour l’essentiel des matchs cette saison.

Le retour de plusieurs joueurs pourrait le faire pencher vers cette solution.

Retours et absences

Zachary Brault-Guillard, Omar Browne et Samuel Piette sont de retour des sélections canadienne et panaméenne, et c’est possiblement la présence du dernier de cette liste qui pourrait faire la différence.

« C’est bien de retrouver tout le monde, surtout un gars comme Sam, qui en fait beaucoup, alors qu’Omar va ajouter une touche d’attaque », a souligné Shome.

Mais Garde a rappelé que Piette serait à l’aise, peu importe la décision qu’il prendra.

« À trois, c’est une réflexion et un positionnement tactique qui est différent. Le retour de Sam peut changer les choses, mais il a aussi joué dans un schéma 3-4-3 contre les Red Bulls de New York. »

Un joueur important ces derniers temps sera toutefois absent. Il est déjà acquis

qu’Orji Okwonkwo n’y sera pas. Il s’est blessé à la cuisse droite à l’entraînement cette semaine.

Attaque

Les choses sont moins claires dans le cas de Maximiliano Urruti, qui a raté le dernier match à Atlanta.

« J’ai un petit espoir de pouvoir compter sur lui », a indiqué Garde.

Si l’Argentin devait rater le match, il pourrait être à nouveau remplacé par Harry Novillo, qui a obtenu une passe décisive sur le but de Zakaria Diallo, samedi dernier. Mais Garde n’exclut pas de faire confiance à Anthony Jackson-Hamel.

« Ça pourrait changer, c’est toujours intéressant d’avoir des solutions différentes. »

Ça reste juste assez vague pour se dire que Garde a peut-être à nouveau perdu confiance en Jackson, qui n’a pas été convaincant cette saison.

 

Le moment de Sutton

La mi-temps du match de ce soir sera réservée à la reconnaissance de la carrière du gardien Greg Sutton, qui sera le troisième joueur de l’Impact à être intronisé au Mur de la renommée du stade Saputo.

L’Ontarien a connu de très belles années avec le Bleu-blanc-noir, particulièrement lors de son premier passage, entre 2001 et 2006. Il est revenu finir sa carrière à Montréal en 2011 et en 2012, pour les débuts de l’équipe en MLS.

Son nom va rejoindre ceux de Gabriel Gervais et Nevio Pizzolitto, premiers intronisés la saison dernière.

Davantage de constance

L’Impact a enfin trouvé une certaine constance au cours des trois dernières rencontres.

« On veut maintenir notre constance, a souligné Shamit Shome. Nous avons remporté deux matchs au stade Saputo et avons joué un bon match à Atlanta, malgré la défaite. On veut arrêter d’alterner entre les victoires et les défaites. »

Il n’a pas tort, mais au moins l’équipe fait partie d’un groupe de quatre formations à ne pas avoir perdu deux matchs de suite.