/news/health
Navigation

Histoires de migraineux: lisez les témoignages de personnes souffrant de migraines chroniques

Coup d'oeil sur cet article

Dans la population, on compte entre 1 à 2 % de personnes souffrant de migraines chroniques. Même s’il s’agit de la même maladie, chaque individu rencontre des obstacles uniques.   

1 - Marie-France: combattre la dépression   

CAPTURE D'ÉCRAN MATT JOYCEY/AGENCE QMI

Depuis l’âge de neuf ans, Marie-France Lemire souffre de migraines. Avec les années, elle est devenue migraineuse chronique. À 30 ans, alors qu’elle était enseignante à la maternelle, ses migraines sont devenues envahissantes: elle en avait tous les jours. Elle devait attendre jusqu’au soir pour traiter la douleur, car les médicaments la rendent somnolente. «Ce n’était pas une vie», confie celle qui est tombée en dépression majeure et a dû stopper le travail. À 36 ans, la résidente d’Otterburn Park se reconstruit peu à peu, mais elle est toujours invalide.     

2 - Yves Castonguay: le sevrage de médicaments   

CAPTURE D'ÉCRAN ALEXANDRE LEGAULT-DÉRY /AGENCE QMI

Certains migraineux prennent tellement de médicaments (appelés triptans) pour traiter les crises que leur corps développe une forme d’accoutumance. Yves Castonguay est tombé dans ce cercle vicieux: plus il faisait de migraines, plus il prenait de pilules. Le père de famille a fini par faire des crises migraineuses tous les jours, les médicaments ne faisant presque plus aucun effet. Pour mettre fin à cette situation, il a tenté plusieurs sevrages de médicaments, sur des périodes de quelques mois où il a été en arrêt de travail. Le dernier sevrage a marché: l’homme de 53 ans a vu son nombre de migraines diminuer progressivement, tout comme sa dépendance à la médication. Il a pu reprendre le travail.     

3 – Louise Houle: la béquille du botox   

CAPTURE D'ÉCRAN MANU CHATAIGNER/AGENCE QMI

Depuis 2002, Louise Houle a mal à la tête en tout temps. En 2010, elle a dû arrêter de travailler, elle faisait des crises migraineuses tous les jours. C’est encore le cas aujourd’hui. Pour diminuer la longueur des crises et rendre sa peau moins «hypersensible», la femme de 52 ans reçoit des injections de Botox tous les trois mois. «Ça m’aide, un peu comme une béquille», relate-t-elle. Depuis 2011, Santé Canada a approuvé l’utilisation du Botox pour le traitement de la migraine chronique. 

À VOIR AUSSI :