/news/currentevents
Navigation

La violence des cartels mexicains pourrait toucher le Québec

Une agence policière soutient que des « importateurs de cocaïne de haut niveau » sont ciblés

La violence des cartels mexicains pourrait toucher le Québec
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Une vague de règlements de comptes liés aux dangereux cartels mexicains de la drogue pourrait frapper le Québec et le reste du Canada.  

C’est la mise en garde lancée aux forces policières par le Service canadien de renseignements criminels (SCRC) dans un rapport sur l’état actuel du marché des stupéfiants que Le Journal a obtenu.  

On y apprend que l’assassinat du Mont­réalais Philipos Kollaros, criblé de balles dans La Petite-Patrie l’automne dernier, n’était pas un acte isolé.  

Kollaros était un ex-client du chef du cartel de Sinaloa, Joaquin « El Chapo » Guzman.  

« Un nombre anormal d’importateurs de cocaïne de haut niveau du Canada qui entretiennent des liens avec les cartels mexicains [...] ont été tués dernièrement au Mexique et au Canada », rapporte cet organisme relevant de la Gendarmerie royale du Canada.  

Le SCRC n’a pas précisé le nombre exact de victimes.  

En plus de ce Québécois, au moins trois narcotrafiquants de l’Ouest canadien ont été éliminés par balles depuis 11 mois alors qu’ils se trouvaient au Mexique.  

Associés indésirables  

Cette série noire laisse croire au SCRC que les cartels mexicains « tentent d’éliminer la concurrence » ou de restructurer leurs « cellules opérationnelles au Canada » en se débarrassant d’associés devenus indésirables.  

« Si cela se confirme, on peut s’attendre à une hausse des incidents violents », prévient cette agence policière qui informe les organismes d’application de la loi du pays.  

Le SCRC rappelle que les cartels mexicains et colombiens sont à l’origine de « presque toute la cocaïne » importée par le crime organisé canadien.  

L’influence des cartels mexicains sur le marché des stupéfiants au Canada ne diminuera pas, et ce, malgré la condamnation l’hiver dernier d’El Chapo pour avoir exporté pour plus de 14 milliards $ de drogue aux États-Unis.  

Au contraire, en plus de la cocaïne, « les représentants de cartels mexicains exportent de plus en plus de méthamphétamine, d’héroïne et de fentanyl au Canada », constate le SCRC.  

Tué dans un café de la rue Beaubien, Kollaros détenait des contacts privilégiés lui ayant permis de négocier l’importation de quantités massives de cocaïne avec le cartel de Sinaloa, selon notre Bureau d’enquête.  

Lui et ses complices avaient cependant été les cibles d’importantes opérations policières et s’étaient fait saisir plusieurs centaines de kilos de drogue.  

Au procès d’El Chapo, à New York, on avait appris que ce dernier voulait aussi liquider un courtier immobilier montréalais associé, Stephen Tello, qu’on soupçonnait de voler des narcodollars du cartel.  

Mais Tello a été arrêté pour importation de drogue et condamné à 15 ans de pénitencier à Toronto, en mai 2018.     

QUELQUES IMPORTATEURS TUÉS  

 5 décembre 2018  

 Jodh Singh Manj, de Vancouver, membre d’un gang appelé United Nations, est abattu en sortant d’un gymnase à Mexico.  

 6 novembre 2018  

 Philipos Kollaros, 38 ans, un importateur de cocaïne lié au cartel mexicain de Sinaloa, est assassiné au Café Cubano, dans le quartier La Petite-Patrie, à Montréal.  

 24 août 2018  

 Nabil Alkhalil, aussi de Vancouver et associé au gang de narcotrafiquants Wolf Pack, meurt criblé de balles chez un concessionnaire automobile à Mexico.  

 17 août 2018  

 Giuseppe Bugge, un proche des Hells Angels de la Colombie-Britannique, est tué par balles dans un centre commercial de Guadalajara, dans l’ouest du Mexique.