/lifestyle/columnists
Navigation

Les lois sont mal faites

Coup d'oeil sur cet article

La loi sur l’aide médicale à mourir me semble inadéquate. Le procès de Michel Cadotte qui a étouffé sa femme atteinte d’Alzheimer parce qu’il n’en pouvait plus de la voir souffrir, elle qui n’était pas éligible à l’aide médicale puisqu’elle n’était plus en mesure de prendre une décision éclairée, en est la preuve. On a là un homme au grand cœur qui n’avait pas le droit, selon la loi, de poser le geste qu’il a posé. Trouvez-vous ça normal alors qu’on peut faire euthanasier son chien ou son chat pour leur éviter des souffrances?

Je suis proche-aidante de mon père depuis 10 ans et il a fallu que je me résigne à le placer au bout de huit ans car mes forces déclinaient et mon médecin de famille craignait pour ma santé. Comme monsieur Cadotte, je suis auprès de mon père au moins quatre jours par semaine. Vous ne pouvez pas savoir ce que ça fait de s’occuper d’une personne qui ne te reconnaît même plus, et qui, s’il avait la capacité de voir dans quel état il est, voudrait certainement lui même mettre fin à ses jours.

Non pas que je n’aime plus mon père, car jamais je n’abandonnerai cet homme qui a travaillé si fort pour que ma mère mon frère et moi ne manquions de rien. Mais je trouverais la situation plus équilibrée s’il pouvait bénéficier de l’aide à mourir, ou si mon frère acceptait de partager la tâche avec moi. Ce qu’il ne veut pas faire sous prétexte qu’il n’est pas bon dans ces affaires-là, et aussi que comme selon lui notre père ne sait même plus qui on est, ce sont des coups d’épée dans l’eau que de continuer à se morfondre pour lui.

Ne t’inquiète pas Louise, je ne tuerai pas mon père. Mais si jamais moi j’étais atteinte de la même maladie, je voudrais tellement qu’on m’étouffe pour ne plus être une charge pour personne. Qu’on fasse avec moi ce qu’on fait avec nos animaux qu’on aime tant.

Une aidante épuisée

Contrairement à vous je pense que la loi est bien faite pour justement éviter les dérives possibles en matière d’aide médicale à mourir. Je ne nie pas qu’elle puisse être améliorée, mais certainement pas en se calquant sur ce qu’on peut faire avec des animaux de compagnie. Je vous sens très fragilisée par la tâche qui vous incombe et je vous inciterais à vous référer à l’organisme INFO-AIDANT au (1-855) 852-7784 pour y glaner des conseils sur le soutien qu’on pourrait vous donner ainsi que sur des façons de faire auxquelles vous n’avez peut-être pas pensé.