/24m/transports
Navigation

Montréal veut améliorer le marquage de la chaussée

FD-VALOIS-CYCLABLE
AMÉLI PINEDA/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Parce que le marquage de la chaussée n’est pas durable avec les hivers que l’on connaît, la Ville de Montréal a voulu revoir ses pratiques en faisant l’acquisition d’un camion traceur, d’une traceuse autotractée et de trois nouveaux fardiers.

D’autres améliorations ont été initiées dans le but de bonifier l’efficience du service de marquage et, surtout, sa rapidité d’exécution.

Ainsi, un outil informatique soutenant les équipes sur le terrain a été mis en place. Les services concernés utilisent entre autres des tablettes pour accéder aux plans de marquage à distance, a précisé l’administration de la mairesse Valérie Plante, vendredi, par communiqué.

Un quart de travail de jour a aussi été ajouté, et la répartition géographique des travailleurs affectés au marquage a été revue afin de diminuer les déplacements et d’augmenter la productivité. Enfin, le travail peut s’amorcer plus vite à la suite d’une réorganisation de la cour de service, a-t-on mentionné.

Le marquage des voies piétonnes, des passages écoliers et du réseau cyclable demeure la priorité.

«Pour répondre aux préoccupations des citoyens, il était important pour nous d’améliorer la qualité de ce service de base, un service qui assure la sécurité au quotidien tant des piétons, des cyclistes que des automobilistes», a indiqué Sylvain Ouellet, vice-président du comité exécutif et, notamment, responsable des infrastructures du réseau routier.

Ces changements cette année ont peut-être permis, malgré le mauvais temps au printemps, de faire bouger les statistiques. Ainsi, le marquage est beaucoup plus avancé qu’à pareille date l’an dernier. Le 16 juin, il restait à faire l’équivalant de 9,3 jours de travail de marquage, contre 22,8 jours de travail en 2018.

«Pour la prochaine saison, nous visons à harmoniser les pratiques et tester [de] nouveaux produits plus résistants», a dit François Croteau, qui est responsable notamment de l’innovation et de la performance organisationnelle au comité exécutif.