/news
Navigation

Travaux publics à Lac-à-la-Tortue: des citoyens excédés

Coup d'oeil sur cet article

Rien ne va plus dans le secteur de Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, où les résidents demandaient à être raccordés au réseau d’égouts depuis 40 ans: les 1000 maisons sont raccordées, mais les 25 km de route sont toujours en chantier. Certains regrettent peut-être maintenant leur choix.

«On paye pour les dégâts sur nos maisons et on va payer pour les coûts excédent[aire]s», lance Claudex Lafrance, résident de l’endroit depuis plusieurs années.

Il ne manque aucun conseil municipal puisque depuis le début des travaux son terrain a été endommagé et qu’il n’a plus confiance.

«La nouvelle route s’affaisse plus elle s’approche de ma maison. Résultat, l’eau se dirige dans ma maison et ma pierre extérieure s’est endommagée. Quand la Ville est supposée venir, personne ne se présente. On m’a fait des promesses, toujours des promesses en l’air.»

Plus d’un an après le début des travaux d’assainissement des eaux usées et des égouts, la machinerie lourde continue de faire des allers-retours, entraînant une pollution par le bruit et des nuages de poussière.

«Ça commence à 7h le matin, ce n’est pas agréable. On doit garder nos fenêtres fermées.»

«La poussière aussi, il y a des camions qui viennent arroser la rue avec l’eau, mais c’est incommodant. Il faut oublier les vêtements sur la corde à linge. Ce n’est pas rare qu’on retrouve des morceaux de voitures sur la route.»

Des affaissements et les nids-de-poule sont bien visibles. Le quartier est devenu un véritable circuit de slalom pour les automobilistes.

L’asphaltage devait pourtant commencer le 17 juin.

«Il semblerait que des gens se sont déjà connectés au réseau ou que des branchements avec les conduits municipaux auraient mal été faits. Donc il y a des débris dans l’eau. Actuellement on évalue la situation. Notre consultant est à discuter avec l’entrepreneur pour voir si tout est en place pour pouvoir débuter les opérations», explique la coordonnatrice aux communications à la Ville de Shawinigan, Véronique Gagnon-Piquès.

Les citoyens devront s’armer de patience, puisque la Ville n’a pas été en mesure de déterminer une date, ni même un échéancier pour le début des travaux d’asphaltage.