/entertainment/music
Navigation

La 40e édition du Festival international de jazz de Montréal est déjà terminée

La 40e édition du Festival international de jazz de Montréal est déjà terminée
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La 40e édition du Festival international de jazz de Montréal (FIJM) est déjà chose du passé. Les dizaines de milliers de mélomanes qui ont assisté aux différents rendez-vous musicaux garderont sans doute en tête, parmi toutes les propositions, celles de Charlotte Cardin, Norah Jones, Melody Gardot ou encore Peter Frampton.

Avant même la présentation de l’événement de clôture, samedi soir, assuré par le Montréalais Matt Holubowski, les organisateurs ont dressé le bilan de cette édition anniversaire, marquée par ailleurs par les spectacles d'alt-J, Alexandra Stréliski, Morcheeba, Jeremy Dutcher, Nick Murphy et The Brooks, pour ne nommer que quelques autres noms.

«Depuis la première édition du Festival en 1980, on compte plus de 20 000 concerts présentés en salle ou sur le site», a dit Jacques-André Dupont, président-directeur général du FIJM.

«Cette diversité musicale, cette explosion de créativité tous azimuts, ces rythmes et ces couleurs issus de ce riche mélange de culture sont à l’image du monde d’aujourd’hui et de demain», a ajouté M. Dupont.

Les deux fondateurs du plus grand festival de jazz au monde, Alain Simard et André Ménard, ont ajouté leur grain de sel, eux qui se retirent officiellement au terme de la 40e mouture du festival.

«Notre programmation gratuite est un modèle unique au monde, Montréal est devenue la ville des festivals grâce à ce concept. Il a été clairement démontré que les concerts gratuits génèrent beaucoup plus de retombées économiques et touristiques. D'ici ou d'ailleurs, le public participe davantage au volet gratuit. Restaurants, boutiques et hôtels en récoltent les bénéfices», a dit Alain Simard, qui préside le conseil.

«Je souhaite que le festival garde son ADN, ce plaisir de la découverte et de l’émerveillement. C’est une grosse machine qui doit répondre aux attentes commerciales et à celles du milieu touristique, mais si mes successeurs arrivent à garder l’étincelle allumée et à être au diapason du présent, ce sera mission accomplie!» a poursuivi André Ménard, qui est aussi vice-président de la recherche et développement pour le Quartier des spectacles.

La 41e édition du FIJM se déroulera du 25 juin au 4 juillet 2020.