/lifestyle/columnists
Navigation

Vive le solstice d’été

Vive le solstice d’été
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est, c’est officiel, j’ai attrapé la fièvre de l’été. En fait, ç’a commencé il y a quelques semaines, mais ça m’a pris du temps avant d’avoir confiance que la saison chaude s’était installée pour de bon.

Il y a des matins où je mettais mes gougounes en traînant aussi une paire de bas juste en cas. Mon balai à neige est resté dans mon char jusqu’à la semaine dernière... mais ça, c’est plus une combinaison de paresse et de manque d’attention.

Comme il est arrivé en retard, j’ai comme ce sentiment de panique que je dois me dépêcher de faire tout ce qui est sur ma liste. Comme un ti-cul de 10 ans qui essaye le plus de jeux possible au parc avant que ses parents lui demandent de rentrer à la maison.

J’imagine que vous êtes comme moi et que vous avez vos rituels pour célébrer l’arrivée de la chaleur pour de bon. De mon côté, le baptême annuel commence avec la langue bleue causée par le duo Mr Freeze / slush. Oui, les deux en même temps, à chacun son trip à trois.

La liste

Et là, je me dépêche de rayer des trucs sur ma liste de choses à faire. BBQ avec des chums : Fait ! Partie de mini-putt : Fait ! Premier stand à patate : Fait aussi ! En plus, ça fait tellement « chez nous » que de manger une poutine sur une table à pique-nique croche, entouré de gens qui ont le même sourire sur le visage que leurs enfants.

L’appel de l’odeur de friture et de gras sur le bord de la route, c’est tout simplement imbattable.

Mais voici ce que j’aime le plus de l’été, ce que j’appelle la journée parfaite...

C’est cette journée de congé où tu te réveilles en campagne. Quand la tranquillité de la nature t’a bercé dans ton lit toute la nuit. En offrande aux dieux du week-end, tu te tapes le déjeuner gras qui va avec ce sentiment de vacances, mais pas trop gras, car tu veux aller jouer dehors. Juste assez pour te donner envie de brûler ces calories.

En général, je monte rapidement sur mon vélo, pas tant pour m’entraîner que pour m’évader. J’adore ces longues sorties de trois, quatre heures, seul avec ta tête, à la laisser aller où elle veut, car en cette journée magique, aucune mauvaise pensée n’est présente.

Les odeurs de l’été

Et là, c’est le festival des odeurs d’été qui t’amène à une autre zénitude.

Le gazon fraîchement tondu est un grand classique, mais lorsque le vent se joint au party, ce sont les odeurs des arbres, des fleurs et même des lacs et ruisseaux que tu croises qui viennent participer au buzz dans ta tête.

À chaque fin de longue sortie de vélo, j’ai le même rituel : repasser devant un des lacs ou rivières que j’ai croisés et je saute dans l’eau. Purification instantanée. J’arrête souvent à mon fameux lac Rond à Sainte-Adèle, et, assis sur le bord du quai, je m’amuse à écouter les gens qui jouent sur la plage. J’ai toujours l’impression que la musique de leur bonheur nettoie quelque chose dans l’air.

Le tout se termine par un film au Cinéma Pine, toujours dans le même petit village avec ses petites salles qui te donnent l’impression que tu es dans ton salon.

Et je me fous du film, tout ce que je veux, c’est le pop-corn chaud extra beurre et un sac de réglisse.

Reste juste le feu à la maison avant d’aller dormir et apprécier le sourire sur le visage.

En ce vrai début d’été en retard, je vous souhaite à tous de vivre aussi votre journée parfaite le plus souvent possible.