/sports/hockey/canadien
Navigation

Un coup d’épée dans l’eau

Courtisé par le CH, Sebastian Aho reste avec les Hurricanes

HOCKEY-NHL-MTL-CAR/
Photo d'archives, USA TODAY Sports Une scène qu’on va revoir plusieurs fois cette saison au banc des Hurricanes avec Sebastian Aho en tête de file.

Coup d'oeil sur cet article

Thomas Dundon, le propriétaire des Hurricanes, avait ridiculisé la stratégie de Marc Bergevin, qualifiant l’offre hostile déposée à Sebastian Aho comme une perte de temps.

Cette histoire aura fait couler beaucoup d’encre depuis le 1er juillet. Mais on savait depuis cette même date le dénouement. Aho porterait encore les couleurs des Hurricanes de la Caroline.

Don Waddell, le directeur général des « Canes », avait promis qu’il égaliserait toutes les offres possibles pour son jeune joueur de centre de 21 ans. Waddell et Aho ont respecté leur parole et ils ont officialisé l’entente de cinq ans et 42,27 millions, soit une moyenne annuelle de 8,456 millions.

Les Hurricanes avaient jusqu’au lundi 8 juillet pour égaliser la proposition hostile de Bergevin et du CH. Ils ont finalement fermé ce dossier une journée plus tôt.

Le Tricolore récupère ainsi ses choix de 1er, 2e et 3e tours pour le repêchage de 2020 qu’il devait céder comme compensation si jamais les « Canes » ne trouvaient pas l’argent nécessaire pour garder Aho en Caroline du Nord.

Un commentaire sur twitter

 

Le 2 juillet, les Hurricanes ont organisé une conférence téléphonique avec Dundon et Waddell. À l’origine, Aho devait également y participer. Les responsables des communications chez les Hurricanes ont évoqué un problème de communication avec la Finlande pour justifier l’absence d’Aho lors de cet appel. Cinq jours plus tard, le numéro 20 a réagi publiquement pour une première fois à cette histoire. Il a offert ses commentaires par l’entremise d’un message sur twitter.

« Je suis reconnaissant de l’offre du Canadien de Montréal, mais j’ai toujours souhaité retourner avec les Hurricanes, a-t-il écrit. Comme joueur autonome avec compensation, j’avais des options limitées pour faire progresser les négociations pour mon contrat dans le but d’en arriver à une entente. Pour moi, c’était important d’être sur la glace dès le premier jour du camp au mois de septembre. »

« Toute cette situation a été difficile pour ma famille et moi, je suis heureux que ce soit terminé. Nous avons une équipe jeune et excitante en Caroline et j’ai hâte d’y retourner. J’aime ça à Raleigh et j’ai l’intention de poursuivre le travail que nous avons commencé à accomplir la saison dernière. »

Aho a trouvé les bons mots pour le bonheur de ses partisans à Raleigh. Mais on a déjà vu plus convaincant qu’un simple gazouillis. Son silence, mais surtout son absence lors de la conférence des Hurricanes du 3 juillet, laissera planer un doute.

Entre les branches, on raconte que plusieurs joueurs et même des membres du personnel d’entraîneur sont malheureux à Raleigh. Dundon, qui est propriétaire de l’équipe depuis le mois de janvier 2018, a une attitude de cowboy et il ne s’est pas fait uniquement des amis depuis son arrivée à la tête de l’équipe.

Sur les stratégies de négociations, Dundon a une mentalité arrêtée sur les bonis à la signature. Pour lui, c’est un gros non. Mais pour Aho, il n’aura eu d’autre choix que de déroger à sa règle. D’ici les 12 prochains mois, il versera 21,87 millions à son centre qui fêtera ses 22 ans le 26 juillet.

« Les 20 millions ? Je ne veux pas paraître arrogant, mais ce n’est pas un problème, avait mentionné Dundon dont la fortune personnelle selon le magazine Forbes était évaluée 1,1 milliard USD (1,4 milliard CA) en 2015. Ça peut paraître terrible, mais je n’aurai pas de problème à signer ce chèque. Ce n’est pas une grosse affaire. »

Aho, l’unique gagnant

Dundon pestait plus contre l’agent (Gerry Johannson) de son propre joueur que contre la stratégie utilisée par Bergevin.

Si le proprio en voulait à Johannson, c’est parce que ce dernier a trouvé une façon peu commune d’obtenir le contrat qu’il recherchait. À l’image d’Auston Matthews avec les Maple Leafs de Toronto, Aho a paraphé une entente de cinq ans seulement, qui lui permettra d’atteindre le statut de joueur autonome sans compensation à la fin de la saison 2023-2024.

Au 1er juillet 2024, Aho aura seulement 26 ans et il fera encore une fois sauter la banque. À condition de se maintenir parmi les bons centres de la LNH.


En 82 matchs l’an dernier, Aho a amassé 83 points (30 buts, 53 passes) et il a maintenu un dossier de +25.