/world/opinion/columnists
Navigation

Bleu c’est bien, rose c’est mieux

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement fédéral vient d’accorder de l’argent pour le prolongement de la ligne bleue. Enfin, pour le moment, si le gouvernement libéral est réélu. Mais qu’en est-il de la ligne rose ? Faudra-t-il attendre 40 ans pour qu’elle soit construite ? Qu’en est-il des nombreuses autres lignes de métro dont Montréal a tant besoin pour maintenir sa compétitivité dans les décennies à venir ?

Plus de 230 villes à travers le monde possèdent un métro. Depuis dix ans, la plupart de ces villes se sont soit dotées d’un métro neuf, soit ont étendu leur réseau de métro. À Montréal, il n’y a pas eu de prolongement du métro dans la ville même depuis 1988.

Une poignée de villes seulement n’ont pas étendu leur système de métro depuis aussi longtemps que Montréal. (Le prolongement de 2007 à Laval, sous la pression du maire super corrompu de cette ville, n’a pas amélioré le transport dans Montréal, au contraire.)

Incompétence

Après toutes ces décennies à ne rien faire, il faut constater que beaucoup de nos élus ont manqué de vision. Ils ont été dans ce dossier d’une incompétence crasse. Au moins, les dirigeants actuels montrent un début de volonté d’agir. C’est bien, mais il faut aller plus loin.

L’incurie des dirigeants des dernières décennies a été telle, qu’il faut maintenant prendre des bouchées doubles. Le REM et le prolongement de la ligne bleue ne vont pas réduire les problèmes de congestion du réseau de transport souterrain. Ils vont les aggraver.

Prix plus élevé à Montréal

Plus le temps passe, plus le report de la construction de nouvelles lignes de métro coûte cher.

En comparant les prix dans le monde, il ressort que construire une ligne de métro coûte entre 80 millions et 800 millions du kilomètre. Le prix le plus élevé est atteint dans des villes comme New York où les structures des immeubles doivent être consolidées. Le coût moyen des tunnels en Europe et au Japon est de 170 millions par kilomètre. Les tunnels très profonds coûtent environ 330 millions par kilomètre.

À près de 700 millions par kilomètre, pour six kilomètres, le prolongement de la ligne bleue sera un des prolongements de métro les plus onéreux au monde !

N’est-il pas curieux que le prolongement de la ligne bleue coûte aussi cher ?

Inacceptable

Il est inacceptable que la ligne rose ne soit pas construite en même temps que la ligne bleue. Il est inacceptable que d’autres lignes ne soient pas activement planifiées. Au lieu de cela, comme bien souvent au Québec, on s’entiche de demi-mesures, comme les lignes de tramway et d’autobus express. Comme si ces solutions coûtaient moins cher à long terme (après 20 ans) que la construction d’un métro. Comme si la ville n’allait pas continuer à se densifier.

Il n’existe aucune bonne raison pour ne pas développer davantage et très rapidement le réseau de métro à l’intérieur de Montréal. L’économie de Montréal, du Québec et du Canada y gagnerait beaucoup plus que les milliards de dollars investis.

Montréal est en compétition avec de nombreuses autres villes du reste du monde. Nos dirigeants le comprennent-ils vraiment ?