/24m/city
Navigation

Un citoyen porte plainte contre le maire d’Outremont

GEN - UNITY CR�ATION DE 450 EMPLOIS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Un résident de l’arrondissement d’Outremont, à Montréal, affirme avoir déposé une plainte à la Commission municipale du Québec (CMQ) contre le maire Philipe Tomlinson pour un supposé manquement à l’éthique.

La tarification de tous les espaces de stationnement dans les rues a fait l’objet d’échanges houleux la semaine dernière à l’hôtel de ville de l’arrondissement. Le maire s’est notamment fait lancer des arachides deux jours après avoir qualifié des citoyens mécontents de «peanut gallery», expression similaire à «gérants d’estrade». 

Le 2 juillet, la réunion du conseil d’arrondissement s’était soldée vers 23h par une discussion corsée de plusieurs minutes entre M. Tomlinson et le conseiller d’arrondissement Jean-Marc Corbeil. 

Le maire d’Outremont soutenait qu’en rappelant son opposition au projet de stationnement, M. Corbeil avait déjà déposé son vote. Ce dernier niait cette affirmation. Finalement, la secrétaire d’arrondissement n’a pas enregistré de vote, et l’adoption du règlement fut reportée. 

Interpellé par Marc Poulin, un citoyen exaspéré lors de cet échange, M. Tomlinson lui a rétorqué «peanut gallery». Ce terme péjoratif, faisant référence à des critiques mal informées, désignait autrefois les sièges bas de gamme au théâtre. 

Manque de respect

«C’est vrai que j’ai perdu patience», a reconnu M. Poulin. Mais, «traiter les citoyens de “peanut gallery”, c’est manquer de respect, a déploré celui qui vit à Outremont depuis 46 ans. C’est sûr que, pendant les assemblées, on peut être vocal; ce n’est pas une raison pour se faire insulter.» 

Cet ancien président-directeur général de Sobeys reproche aussi au maire d’avoir exercé une «pression indue» sur la secrétaire d’arrondissement pour faire enregistrer le prétendu vote de M. Corbeil. 

Le maire d’Outremont a, pour sa part, porté plainte pour agression contre Pierre Lacerte, qui avait lancé des arachides lors de l’adoption du règlement sur le stationnement, le 4 juillet. 

C’est la goutte qui a fait déborder le vase, aux yeux de M. Poulin, rappelant l’expression employée par M. Tomlinson. Le 8 juillet, il s’est ainsi adressé à la CMQ. 

Traitement confidentiel

«On va laisser la Commission municipale faire son travail et évaluer si la plainte est fondée ou pas», a commenté Joël Simard-Ménard, directeur de cabinet du maire d’Outremont. 

Citant la confidentialité, la CMQ n’a ni confirmé ni infirmé la réception d’une plainte. 

Le code d’éthique des élus municipaux montréalais souligne l’importance du respect envers leurs homologues, le personnel politique et les citoyens.