/news/routesenderoute
Navigation

Un inventeur croit avoir la solution pour sauver nos routes

Jean Filion affirme que son invention permet une réfection durable et économique

Coup d'oeil sur cet article

Un inventeur de Montréal croit avoir la solution qui mettra un terme à la dégradation prématurée des routes québécoises. Avec son Rotoroc, Jean Filion estime pouvoir solidifier les fondations des routes en profondeur pour sept fois moins cher, cinq fois plus rapidement. 

Le résident de Montréal travaille sur sa machine et son procédé depuis 20 ans et se dit maintenant mûr pour fabriquer l’engin à grande échelle et en faire profiter le ministère des Transports. 

Le Rotoroc à l’œuvre. Ce prototype est le seul existant pour le moment.
Photo courtoisie
Le Rotoroc à l’œuvre. Ce prototype est le seul existant pour le moment.

Avec son procédé baptisé REFCON, pour réfecteur-concasseur, Jean Filion dit posséder la clé qui mettra un terme à la réfection perpétuelle des routes de la province. 

« L’asphalte n’est qu’un coussin qu’on dépose sur la route. L’important, c’est d’avoir un bon support d’environ 50 à 70 cm de profondeur », explique l’inventeur.  

Une coupe de la fondation d’une route. La faiblesse de cette fondation est souvent la cause du mauvais état du réseau routier québécois.
Photo courtoisie
Une coupe de la fondation d’une route. La faiblesse de cette fondation est souvent la cause du mauvais état du réseau routier québécois.

« Actuellement, pour faire une fondation comme ça, ça coûte 350 000 $ du kilomètre à cause des matériaux qu’on doit évacuer du chantier. Ça prenait donc une machine qui permet de recycler les matériaux en place pour les rendre potables pour une bonne fondation », ajoute M. Filion, précisant que sa machine vient rebrasser le sol en y ajoutant de nouveaux agrégats pour 50 000 $ du kilomètre. 

Contacts avec le MTQ 

La machinerie de l’inventeur a déjà fait ses preuves il y a quelques années alors que 125 kilomètres de route ont été faits avec la technologie, notamment à Saint-Patrice-de-Beaurivage, à Dunham et à Val-des-Monts, ainsi que sur des chemins forestiers. 

« Je vous le dis, je suis persuadé que c’est moi qui ai la solution », lance tout sourire Jean Filion, qui a rencontré des dirigeants du ministère des Transports (MTQ) à la suite de ces tests. 

« Eux aussi sont enchantés par les résultats, mais ils ne peuvent pas ouvrir les appels d’offres parce que ça me prendrait au moins trois machines fonctionnelles », précise le concepteur du Rotoroc, qui n’a fabriqué qu’un prototype jusqu’à maintenant. 

Le MTQ confirme bien connaître le procédé de l’inventeur, les premières traces de leurs contacts remontant à 1997. Le Ministère dit être ouvert aux idées de M. Filion si les résultats sont là. 

« Nous, on ne peut pas dire à un entrepreneur quelle méthode de travail utiliser. Nous, on veut que tu construises un truc en fonction d’exigences A, B, C ou D, et lui doit utiliser les bons moyens pour y arriver. Il peut utiliser les équipements de M. Filion ou autre chose, tant qu’il arrive à nos fins », explique Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ. 

Recherche de capital 

Jean Filion est donc à la recherche de financement pour lui permettre de concevoir une modélisation en trois dimensions du Rotoroc.  

Les dessins sont prêts, la firme d’ingénieurs aussi, ne manque que les 50 000 $ nécessaires à la conception de la maquette, qui permettra ensuite de mieux présenter le concept. 

« Ensuite, c’est de 850 000 $ à 900 000 $ par machine pour la fabrication. Ça prendrait donc un promoteur qui peut investir dans le projet et m’accompagner là-dedans parce que je suis l’inventeur, oui, mais comme homme d’affaires, je suis un gros zéro », lance en toute franchise M. Filion, qui espère trouver des investisseurs.  

LE PROCÉDÉ REFCON  

  • Baptisé ainsi pour réfecteur-concasseur 
  • Recycle la matière présente sur la route à refaire 
  • Des rotors concassent les matériaux et les mélangent avec de nouveaux agrégats 
  • Travaille en profondeur jusqu’à 70 cm 
  • Coût de 50 000 $ du kilomètre 
  • Permet de faire jusqu’à 2 km par jour 
  • Coût estimé d’une machine Rotoroc : entre 850 000 $ et 900 000 $