/sports/soccer/impact
Navigation

Impact: un match historique

Première rencontre entre une équipe de la MLS et une autre de la Première ligue canadienne

SPO-IMPACT-SOCCER-MLS
Photo d’archives En Championnat canadien, l’entraîneur Rémi Garde ne veut pas revivre la même déception que l’an dernier à Vancouver.

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact amorce mercredi soir son parcours en Championnat canadien en visitant le York 9 FC, dans ce qui sera un premier match dans l’histoire opposant une formation de la MLS à un club de la Première ligue canadienne (PLC).

Comme York est installé dans la banlieue nord de Toronto, il s’agira d’une semaine torontoise pour le Bleu-blanc-noir, qui recevra le Toronto FC, samedi.

« Ça sera très étrange d’aller à Toronto et de ne pas loger au centre-ville, pour ensuite aller jouer au BMO Field », a rigolé Samuel Piette.

Les receveurs évoluent au stade de l’Université York, un terrain en gazon naturel, mais plutôt étroit.

« On joue sur l’un des plus grands terrains de la MLS. Sur un plus petit terrain, ça va être une bataille, et ils auront le couteau entre les dents parce qu’ils voudront faire bonne impression », a mentionné Piette.

Le York 9 FC a terminé à l’avant-dernier rang de la saison printanière de la PLC avec une fiche de 2-3-5, et a eu du mal à marquer en n’inscrivant que neuf buts. Il n’en a toutefois accordé que onze.

Sérieux

York en est déjà à sa troisième ronde dans le championnat, ayant disposé de l’AS Blainville 1 à 0 au total de deux matchs au premier tour et ayant battu le FC Edmonton, également de la PLC, par la marque de 3 à 2.

Selon Samuel Piette, ça serait une erreur de prendre ce match à la légère, même si l’adversaire est considéré comme plus faible. Et il a puisé dans son expérience récente pour rappeler cette réalité.

« Tout peut se passer en 90 minutes, et on l’a vu dans notre match du Canada contre Haïti. Ça serait une erreur de les sous-estimer parce qu’ils évoluent à un niveau inférieur. »

« Dans ce genre de compétition, les équipes qui jouent des divisions inférieures sont toujours très motivées, parce que pour elles, chaque match est comme une finale », a ajouté Rémi Garde.

Important

Tout le monde a rappelé à quel point ce championnat était important pour le club, puisque l’équipe qui soulèvera le trophée en septembre participera à la prochaine Ligue des champions de la CONCACAF.

« L’approche est très sérieuse, a assuré Piette. On a beaucoup de joueurs canadiens, et moi, personnellement, ça me tient à cœur. J’aimerais remporter une coupe à Montréal et je crois que les entraîneurs ont réalisé l’importance de ce championnat. »

Rappelons que l’Impact n’a pas mis la main sur la Coupe des Voyageurs depuis 2014.

« On a encore en tête la déception vécue contre Vancouver la saison dernière », a soutenu Rémi Garde.

Son équipe s’était inclinée 2 à 0 lors du match retour de la demi-finale, après avoir battu les Whitecaps 1 à 0 en lever de rideau au Stade Saputo.

Roulement

Garde va certainement faire rouler son effectif puisque l’équipe a joué samedi dernier et rejouera ce samedi. De plus, il doit faire appel à au moins trois joueurs canadiens pour le début de la rencontre.

Garde a l’embarras du choix. Outre Piette, il peut aussi aligner Zachary Brault-Guillard, Anthony Jackson-Hamel, Mathieu Choinière, Shamit Shome, Daniel Kinumbe, Clément Bayiha, Karifa Yao et le gardien James Pantemis, même s’il devrait opter pour Clément Diop dans les buts.

Daniel Lovitz, qui revient tout juste d’un séjour d’un mois avec l’équipe nationale américaine à la Gold Cup, affirme qu’il est prêt.

« Je suis prêt à jouer dès ce match. Je me sens bien parce que je n’ai pas joué toutes les minutes avec l’équipe nationale et que les séances d’entraînement étaient de très haut niveau. »