/opinion/blogs/columnists
Navigation

Trump et le gros bobo à son ego

Trump et le gros bobo à son ego
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’ambassadeur de la Grande-Bretagne à Washington, Kim Darroch, a traité Donald Trump de personne inepte, de danger pour la sécurité mondiale et d’incompétent. Son administration serait chaotique et incohérente. Trump a répondu par une suite de tweet incendiaires où il dit que l’ambassadeur est stupide. Trump a bobo à son ego.

Les propos de l’ambassadeur sont contenus dans du courrier diplomatique qui est destiné à un nombre très restreint de lecteurs, dont la première ministre de Grande-Bretagne. Le caractère professionnel et non-partisan des commentaires de l’ambassadeur rendent ses propos particulièrement dévastateurs pour Trump. 

Certes, l’ambassadeur peut commettre des erreurs d’appréciation. Mais son jugement est appuyé par toute sa carrière de diplomate, par des rencontres, des confidences, des analyses sérieuses de son équipe de diplomates... On est loin des propos de gérants d’estrades.

Consensus parmi les diplomates

Le plus terrible est peut-être que les diplomates se parlent les uns les autres et finissent par dégager entre eux une sorte de consensus. En ce sens, il n’est pas exagéré de dire que le jugement de l’ambassadeur fait consensus parmi les spécialistes des relations internationales et parmi les diplomates. 

Tous ces gens peuvent se tromper. Comme il arrive à des médecins de se tromper sur un cas particulier. Mais les probabilités d’erreur sont très faibles. 

Comme les diplomates posent tous un jugement semblable sur Trump, alors les différents États vont prendre des décisions qui concorderont avec ce jugement. Ici, la perception politique peut s’avérer plus importante que la réalité. En d’autres termes, peu importe que Trump soit réellement inepte ou non, l’essentiel est qu’il soit perçu comme tel. Les États vont agir en conséquence. 

C’est ce qui explique pourquoi plusieurs dirigeants dans le monde misent sur l’après Trump, tout en se préparant au cas où il remporterait un second mandat. Dans les deux cas de figure, l’administration Trump ressort affaiblie. 

Des erreurs de Trump

Trump commet l’erreur de personnaliser les relations internationales. Certes de bonnes relations entre des dirigeants de pays différents aident à conclure des accords internationaux et de mauvaises relations peuvent les retarder. Mais le fond des relations entre les pays demeure une question d’intérêts. 

À l’évidence, Trump ne comprend pas que les intérêts des grandes démocraties convergent. Il ne comprend pas non plus que la coopération entre des démocraties et des dictatures ne peut être que limitée. Trump pense les relations internationales d’abord et avant tout en termes de rapports coût-bénéfice monétaires. Combien de pétrole vendront les compagnies américaines ? Combien d’armements ? Combien d’avions ? Combien de produits agricoles ? Qui financera les troupes américaines basées à travers le monde ? Combien coûte une guerre ? Combien coûte la protection de l’environnement? Combien coûte les immigrants illégaux ? Combien ? Combien ? Combien ? 

Il traite donc les dirigeants étrangers comme des partenaires d’affaire. Ce qu’ils ne sont pas. 

Trump a raison de snober l’ambassadeur

Trump a décidé de snober l’ambassadeur de Grande-Bretagne. Il est en effet difficile de continuer à entretenir des liens personnels avec un tel individu en sachant qu'il a tenu de pareils propos sur lui. L’ambassadeur Darroch n’a pas d’autre choix que de demander sa mutation, puisqu’il ne peut plus accomplir son travail. 

Pour aider Boris Johnson ?

Le départ rapide de l’ambassadeur britannique était probablement l’objectif recherché par ceux qui ont coulé les lettres diplomatiques. Il est connu qu’il était pro-européen et le prochain premier ministre britannique, probablement Boris Johnson, devra tenter de négocier des ententes commerciales avec les États-Unis. 

Mais un des effets secondaires de la fuite aura été de confirmer en public ce que les diplomates disent en privé.

Pas d’impact sur Washington

Il est malheureusement douteux que cette fuite ait un impact sur la politique à Washington. D’abord parce que les partisans de Trump sont trop émotionnellement engagés pour être influencés par des arguments logiques. Ensuite parce que ceux qui évoluent dans les cercles du pouvoir savent déjà ce que l’ambassadeur a écrit- ou qu’ils ne veulent pas le savoir.