/24m/city
Navigation

Une autre maison délabrée sur le Plateau inquiète le voisinage

Maison délabrée rue Drolet
Elsa Iskander / 24H

Coup d'oeil sur cet article

Une maison délabrée sur le Plateau-Mont-Royal inquiète le voisinage, qui presse l’arrondissement montréalais de prendre les mesures nécessaires pour remédier à la situation.

Le duplex, situé au 4276-4278 rue Drolet, semble être laissé à l’abandon. Le terrain avant est jonché de débris et un arbuste pousse sur le toit. La façade arrière de l’immeuble est recouverte de papier Tyvek, et la porte qui s’y trouve était jusqu’à récemment entrouverte. 

La situation n’est pas sans rappeler celle de la maison qui s’est partiellement effondrée sur l’avenue de l’Esplanade en mai dernier, tout comme celle du mur de brique qui s’est effrité sur le boulevard Saint-Laurent pendant une vente trottoir il y a quelques semaines. Ces deux incidents, qui n’ont pas fait de blessés, sont également survenus sur le Plateau. 

Une trentaine de résidents des rues Drolet et Henri-Julien se sont plaints des nuisances occasionnées par le duplex à l’abandon dans une pétition présentée au conseil d’arrondissement le 3 juin dernier. 

Maison délabrée rue Drolet
Elsa Iskander / 24H

Morceaux qui tombent

«Principalement, c’est un enjeu de sécurité et de salubrité», avance Sean Gordon, résident de la rue voisine Henri-Julien et signataire de la pétition. 

«C’est une maison qui est juste à côté d’un parc d’enfants. Il y a beaucoup de va-et-vient dans la ruelle» arrière, explique le père de famille. Un seul immeuble la sépare du parc Drolet-Rachel, où se trouve une aire de jeu pour tout-petits. 

«Moi, j’étais prêt à vivre avec jusqu’à ce que des morceaux commencent à tomber», dit-il au 24 Heures. L’hiver, «la fenêtre extérieure était carrément tombée de l’édifice dans la ruelle», relate M. Gordon. «Si mon fils était en dessous...», soupire-t-il. 

Deux semaines après le plaidoyer des pétitionnaires au conseil d’arrondissement, les fenêtres ont été barricadées et les portes ont été verrouillées. Des débris de construction ont aussi été ramassés. 

«Je ne dis pas que la maison est en danger de s’affaisser d’ici deux semaines», relativise M. Gordon. Mais «à un moment donné, on ne peut pas laisser dépérir ad vitam aeternam l’immeuble, dit-il. J’aimerais ça que ce dossier soit traité de façon plus urgente.» 

Maison délabrée rue Drolet
Elsa Iskander / 24H

Pas un danger

L’arrondissement et la Ville ont été avisés de la situation en octobre 2018. Depuis, il y a eu des inspections et des avis ont été envoyés à la propriétaire, confirme Michel Tanguay, chargé de communication de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. 

Après le conseil d’arrondissement de juin, un nouvel avis a été expédié, avec une liste de déficiences à corriger. 

«Le 18 juin, on a fait barricader l’immeuble. Il y avait des possibilités d’intrusion», explique M. Tanguay, ajoutant que la facture devra être payée par la propriétaire. C’était l’aspect prioritaire au chapitre de la sécurité. 

«Ce n’est pas un immeuble qui menace de s’écrouler, assure-t-il. Il n’y a pas de situation qui demande un périmètre de sécurité.» 

«C’est certain que c’est pas agréable quand vous habitez à côté d’un immeuble qui est délabré. Ça jure dans le paysage urbain, poursuit M. Tanguay. On y va avec les moyens légaux qu’on a. C’est un processus qui demande du temps.» 

D’après le registre foncier municipal, la propriétaire de l’immeuble se nommerait Jeannine Bugain. Elle résiderait à l’étranger, selon les sources interrogées. Le 24 Heures n’a pas réussi à la joindre.