/world/europe
Navigation

Homards, vins et autres dépenses: l’ex-président de l’Assemblée nationale en France critiqué

 Homards, vins et autres dépenses: l’ex-président de l’Assemblée nationale en France critiqué
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Champagnes, grands crus de vins, verres en cristal: l’ex-président de l’Assemblée nationale française se retrouve en plein cœur d’un scandale sur les dépenses comme son ex-homologue québécois Jacques Chagnon, il y a près d’un an. 

Le site de journalisme d’enquête Mediapart révèle que lorsqu’il était président de l'Assemblée nationale, entre 2017 et 2018, François de Rugy menait une «vie de château sur fonds publics», parlant d’une dizaine de dîners somptueux entre amis. Des photos et des témoignages appuient le reportage.

Les luxueux festins aux frais de la République se tenaient à l'hôtel de Lassay, la résidence de fonction du président de l'Assemblée. Il est question notamment de «homards géants finement préparés en cuisine», de grands crus issus de la cave de l'Assemblée nationale, comme une bouteille de Mouton-Rotschild 2004 du centenaire de l'Entente cordiale entre l'Angleterre et la France, valant en moyenne 730 $ CA (500 euros) la bouteille.

Les médias français rapportent aussi des tables avec des porcelaines, petites cuillères en or et des compositions florales, lors de ces fastes dîners qui réunissaient aussi bien des membres de la société civile comme des journalistes, écrivains et réalisateurs que des personnalités de la finance.

Ils étaient organisés par François de Rugy, actuellement ministre de la Transition écologique et solidaire, et son épouse Séverine, qui travaille comme journaliste au magazine français «Gala», spécialisé dans les vedettes.

Le principal intéressé s’est défendu mercredi sur France Inter. «Je n'accepte pas qu'on nous attaque. Nous n'avons rien à nous reprocher ni elle ni moi», a dit M. de Rugy.

«J'assume totalement qu'un président de l'Assemblée nationale, comme un ministre, rencontre dans un cadre informel, le soir dans des dîners, en plus des déjeuners le midi, parfois même des petits-déjeuners, des responsables d'entreprise, responsables de la culture, responsables de l'université. [...] J'assume totalement que cela puisse se faire dans des dîners. J'assume que ma femme ait participé à l'organisation de ces dîners», a-t-il ajouté.

Comme au Québec

Cette nouvelle rappelle la série de reportages de notre Bureau parlementaire sur les dépenses à l’Assemblée nationale du Québec à l’époque de l’ex-président Jacques Chagnon. Les crustacés (homard et crabe) ainsi que du bon vin étaient au menu lors des réunions du Bureau de l’Assemblée nationale (BAN).

D’autres reportages faisaient également état du manque de transparence des missions parlementaires à l’étranger, où le vin coulait parfois à flots.