/sports/football/alouettes
Navigation

Kavis Reed se donne de la marge de manoeuvre

Kavis Reed se donne de la marge de manoeuvre
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Kavis Reed n’était pas peu fier de son coup. Le directeur général des Alouettes de Montréal a estimé cette semaine que l’embauche du secondeur canadien Chris Ackie, qui effectue un retour avec le club, sera bénéfique à bien des niveaux.

Ackie remplacera Glenn Love, blessé au genou lors de la dernière rencontre des Moineaux. Selon le DG, sa saison pourrait être terminée. Love prenait la place lui-même de Boseko Lokombo, qui est également tombé au combat lors du premier duel de l’année.

«Il y avait deux raisons de ramener Chris. La première, ce sont les blessures de Love et Lokombo. Puis, nous sentions que nous avions besoin de renforcer notre jeu sur les unités spéciales. Ça nous permet également d’avoir de la flexibilité et de la sécurité au niveau du "ratio" [de joueurs nationaux et internationaux]. Nous nous protégeons chez les secondeurs», a résumé Reed.

Un entraîneur heureux

Ackie a disputé ses quatre premières saisons dans la Ligue canadienne de football avec les Alouettes avant d’être échangé au Rouge et Noir d’Ottawa à quelques semaines de la fin de la dernière campagne. Avec les deux équipes, il a réussi 88 plaqués, soit le sixième plus haut total du circuit.

L’entraîneur-chef Khari Jones est donc bien heureux de son retour, lui qui a montré son plus beau sourire lorsque questionné au sujet du nouveau venu.

«Nous amenons un très bon joueur. Il a bien fait pour nous l’année dernière. C’est un joueur qui sait comment faire les jeux. Quand tu peux amener un fabricant de jeu, canadien en plus, c’est une très bonne chose. J’étais très heureux de cette entente.»

Félix Faubert-Lussier paie

Dans le mouvement de personnel qui a suivi l’arrivée d’Ackie, quatre joueurs ont été libérés. Le receveur québécois Félix Faubert-Lussier était du groupe.

«Nous avions une décision à prendre. Quand nous embauchons un joueur comme Chris Ackie, nous devons décider des joueurs qui doivent partir pour nous donner les moyens d’embaucher Ackie.»

Pour expliquer son choix, Reed a laissé entendre que plusieurs jeunes joueurs nationaux se démarquent à l’entraînement. Il s’est dit satisfait du travail de quelques jeunes joueurs canadiens, tels Étienne Moisan, Richmond Nketiah et Kaion Julien-Grant.

Cinq receveurs américains?

Avec Ackie, Jones comptera sur plusieurs partants canadiens en défense, si on tient compte des retours imminents de Lokombo et de Taylor Loffler. Avec cette abondance de joueurs canadiens en défensive, les Alouettes pourraient d’ailleurs se permettre d’utiliser quelques Américains supplémentaires à l’attaque.

«Nous aimons notre situation avec nos receveurs canadiens et nous avons une opportunité de possiblement utiliser cinq receveurs américains si nous le voulons en raison du "ratio"», a expliqué Reed.

«C’est une possibilité, a renchéri Jones. Nous avons quelques armes pour améliorer notre jeu de passe. Nous voulions toujours nous améliorer.»