/opinion/columnists
Navigation

Qui a tué la civilité?

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu cette vidéo virale d’une mère du Saguenay qui tente de traverser la rue avec son enfant à un passage pour piétons ?

Il aura fallu près d’une minute aux deux personnes pour y arriver. Et même lorsqu’ils osent enfin s’aventurer sur la voie, les voitures continuent à passer en avant et en arrière d’eux.

Une scène tout aussi révoltante qu’épeurante.

Pire au Québec

Mais qu’est-ce qui s’est passé au Québec pour que notre sens de la civilité se soit érodé de la sorte ? Parce que ça semble être un phénomène particulièrement marqué chez nous.

Quiconque a l’opportunité de voyager un tant soit peu, dans le reste du Canada ou ailleurs dans le monde, est à même de constater que, chez nous, le « chacun pour soi » semble très fort. Et ça va de mal en pis.

C’est carrément la loi de la jungle sur nos routes. Personne ne veut céder un pouce ou perdre une seconde. Quitte à compromettre la sécurité d’autrui.

Courtoisie

Pourtant, il me semble qu’il y a quelque chose d’absolument gratifiant à faire preuve de courtoisie. Personnellement, c’est un de mes petits plaisirs gratuits de la vie (il y en a si peu !). Parce qu’au-delà du respect élémentaire du Code de la route, il y a aussi la gentillesse, tout simplement.

Le simple fait de ralentir pour permettre à un piéton, un cycliste ou à une autre voiture de passer. Faire ce petit geste classique de la main, pour démontrer que la personne peut s’engager. Ça fait du bien, non ?

Bien sûr, plusieurs diront qu’il faut être plus sévère et imposer des amendes dissuasives pour changer les habitudes. Mais est-ce qu’il n’y aurait pas moyen aussi d’opérer une prise de conscience collective, sans toujours sortir le bâton ? Soyez courtois, vous allez voir, ça ne fait pas mal. Bien au contraire.