/entertainment/comedy
Navigation

Gad Elmaleh encore dans l’eau chaude

Coup d'oeil sur cet article

Les histoires de plagiat concernant l’humoriste Gad Elmaleh ont pris une nouvelle ampleur, jeudi. Le magazine français Society a publié une enquête de 11 pages, qui corrobore les accusations du Youtubeur CopyComic, qui avait été le premier à démontrer, preuves vidéo à l’appui, qu’Elmaleh avait volé plusieurs blagues de ses collègues.

Dans son enquête, intitulée Gad et le malaise, Society donne la parole à plusieurs humoristes, dont les Québécois Martin Petit, Martin Matte et Mike Ward, qui déplorent tous les agissements d’Elmaleh. Petit mentionne au magazine être « choqué par la quantité » de blagues que l’humoriste aurait prétendument copiées, et il ajoute qu’il aurait personnellement dû faire « davantage attention ».

Photo courtoisie

Exemple

Martin Matte, lui, rappelle une situation où il avait croisé Elmaleh, dans les coulisses d’un spectacle au Palais des sports de Paris, en 2010. Matte avait alors remarqué que plusieurs blagues du comique franco-marocain ressemblaient à celles d’humoristes québécois.

« Après le spectacle, dans la loge, il m’avait demandé si j’avais remarqué qu’il s’était “inspiré” de plusieurs Québécois dans son show, raconte Matte. Je me souviens très bien qu’il n’a pas parlé d’hommage, mais d’inspiration. C’est comme s’il essayait de se dédouaner avant même qu’on le prenne la main dans le sac. »

Society a aussi rencontré l’humoriste marseillais, Kamel Bennafla, qui déclare pour la première fois qu’Elmaleh lui a volé son célèbre personnage « le blond ». Bennafla raconte qu’il faisait ce personnage dans les années 1990 et que lui et Elmaleh se seraient retrouvés ensemble dans un festival à Avignon. Ce n’est que plusieurs années plus tard que le Marseillais aurait appris qu’Elmaleh faisait maintenant « le blond » sur scène.