/world/usa
Navigation

Trump n’aime pas les cryptomonnaies: ce n’est «pas de l’argent»

Trump n’aime pas les cryptomonnaies: ce n’est «pas de l’argent»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump a dit jeudi sa méfiance envers les cryptomonnaies (qui ne sont pas vraiment de l’argent à ses yeux) et prévenu que ceux qui comme Facebook voulaient s’y lancer devraient se plier aux règles qui régissent les banques.

« Je ne suis pas un admirateur des cryptomonnaies, qui ne sont pas de l’argent et dont la valeur est très volatile et basée sur rien », a tweeté le président en milieu de soirée, insistant sur le fait que ces monnaies virtuelles générées électroniquement, qui garantissent une grande discrétion et sont quasiment intraçables, facilitaient les activités illégales.

Les cryptomonnaies ont fait florès depuis la sensation créée par le bitcoin et il en existe aujourd’hui quantité; mais c’est l’annonce le 18 juin par Facebook qu’il allait se lancer dans l’aventure avec la Libra qui a provoqué une onde de choc parmi les régulateurs financiers du monde entier.

Fort de ses plus de 2 milliards d’usagers, la monnaie électronique que le premier réseau social du monde veut lancer en 2020 avec bon nombre de partenaires pourrait bien bouleverser tout l’écosystème monétaire.

M. Trump lui n’y croit pas. Pour le président américain, la Libra aura « peu de prestige et de fiabilité ».

Mais il a mis en garde Facebook « et d’autres entreprises » que s’ils voulaient devenir des banques, ils devraient en respecter la réglementation aussi bien aux États-Unis qu’ailleurs dans le monde.

« Nous n’avons qu’une seule devise aux États-Unis (...) et elle s’appelle le dollar américain », a conclu le locataire de la Maison-Blanche.

Signe des interrogations et même des inquiétudes, l’arrivée annoncée de la Libra et l’essor des cryptomonnaies plus généralement feront l’objet d’un rapport présenté aux pays du G7 lors d’une réunion la semaine prochaine.

« Plus nous investiguons ce projet, nous, la communauté des régulateurs, plus nous avons d’interrogations sérieuses et potentiellement de réserves », a mis en garde jeudi le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhaut. Son homologue de la Fed est lui aussi revenu sur le sujet mercredi et jeudi devant le Congrès.

« Je pense qu’il va falloir faire une évaluation prudente et minutieuse des risques » que comporte le projet de monnaie Libra qui, « vu la taille du réseau » Facebook, a le potentiel « très probable de devenir une devise d’importance systémique », a mis en garde Jerome Powell jeudi.

Certains élus américains ont déjà demandé un gel pur et simple du projet Facebook.

Selon Facebook, Libra doit offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels: elle se veut la pierre angulaire d’un nouvel écosystème, affranchi de la barrière des différentes devises, un outil susceptible d’intéresser notamment les exclus du système bancaire, dans les pays émergents par exemple.