/sports/others
Navigation

Une glace olympique pour Rivière-du-Loup

La ministre Isabelle Charest, elle-même athlète olympique et ancienne participante aux Jeux du Québec en patinage de vitesse, est venue annoncer à la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, un montant de 5 M$ pour une glace olympique en prévision des Jeux de 2021.
Photo Stéphanie Gendron La ministre Isabelle Charest, elle-même athlète olympique et ancienne participante aux Jeux du Québec en patinage de vitesse, est venue annoncer à la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, un montant de 5 M$ pour une glace olympique en prévision des Jeux de 2021.

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP | Québec investit 5 M$ pour une nouvelle glace de dimension olympique en prévision de la tenue des 50 ans des Jeux du Québec en 2021 dans le Bas-Saint-Laurent.

Avec une glace 15 pieds plus large qu’une de standard nord-américain, l’élite du patinage de vitesse à Rivière-du-Loup n’aura plus besoin d’aller se perfectionner ailleurs et des événements sportifs de calibre mondial pourront y être tenus.

« Ça amènera de la sécurité lors des entraînements. La vitesse de nos jeunes vers 12-13 ans était devenue trop rapide pour l’espace qu’on a sur la glace, il y a des dangers de chute », indique Nico Pelletier, président du club de patinage de vitesse Les Loupiots de Rivière-du-Loup. 

Denis Tardif, député de la CAQ de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup, Isabelle Charest, ministre, et Michel Allen, président de SPORTSQUÉBEC.
Photo courtoisie
Denis Tardif, député de la CAQ de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup, Isabelle Charest, ministre, et Michel Allen, président de SPORTSQUÉBEC.

Multifonction

Des centaines de jeunes sportifs profiteront de la nouvelle glace, autant pour le patinage de vitesse que pour le hockey et le patinage artistique. Il s’agit de la troisième glace de dimension olympique, après Matane et Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent.

L’organisation ne pouvait plus tenir de compétitions d’importance, puisqu’une glace de dimension olympique est exigée. 

« On a hâte de recommencer à tenir des événements majeurs à Rivière-du-Loup en patinage de vitesse. On a tout ce qu’il faut, manquait juste la glace », ajoute M. Pelletier.  

L’actuelle glace du Stade de la Cité des jeunes de Rivière-du-Loup, qui sera transformée en glace de dimension olympique.
Photo TVA Nouvelles
L’actuelle glace du Stade de la Cité des jeunes de Rivière-du-Loup, qui sera transformée en glace de dimension olympique.

La Ville rénove ainsi son vieil aréna, le Stade de la Cité des jeunes, adjacent au plus récent, le Centre Premier Tech, pour 8 M$. Ce sera un atout pour la ville de l’Est-du-Québec, selon la ministre Isabelle Charest, qui en a fait l’annonce jeudi. 

« Rivière-du-Loup est un berceau pour plusieurs patineurs de vitesse courte piste, Guillaume Bastille, la famille Gougoux, il y en a eu plusieurs. J’ose espérer que ça va servir au-delà de la population de Rivière-du-Loup, je suis certaine que les gens de l’Est-du-Québec vont en profiter », a dit Isabelle Charest, athlète olympique, qui a elle-même participé aux Jeux du Québec en 1983 en patinage de vitesse.   

La ministre Isabelle Charest venue faire une annonce pour les Jeux de 2021 devant la fontaine de la mascotte des premiers Jeux du Québec en 1971, Piloup, au parc Blais de Rivière-du-Loup.
Photo Stéphanie Gendron
La ministre Isabelle Charest venue faire une annonce pour les Jeux de 2021 devant la fontaine de la mascotte des premiers Jeux du Québec en 1971, Piloup, au parc Blais de Rivière-du-Loup.

50 ans des Jeux

Rivière-du-Loup a été l’hôte des premiers Jeux du Québec en 1971 et recevra donc les sportifs québécois pour les 50 ans de l’événement, à l’hiver 2021.

Sans cet événement, la ville n’aurait pas pu s’offrir une telle infrastructure.

« On voulait une glace, mais avec une participation importante du gouvernement. C’est pour les Jeux du Québec aussi qu’on le fait. Le gouvernement a décidé d’aider les villes pour accueillir les jeux, puisque ce sont quand même des jeux qui coûtent cher », a indiqué Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup.

Pendant une période de six à huit mois en 2020, les clubs sportifs devront se partager un seul aréna, le temps des rénovations.