/news/currentevents
Navigation

Une policière aurait enlevé le hijab d’une femme en pleine rue

Coup d'oeil sur cet article

Une policière qui aurait enlevé de force le hijab et la robe de prière d’une mère marocaine, lors d’une fouille survenue en pleine rue à Montréal, devra se défendre devant la Commission des droits de la personne, qui lui réclame 19 000 $. 

« La policière a violé le droit de la victime à la liberté de religion sans discrimination », affirme sans ambages l’organisme dans son récent mémoire déposé devant le Tribunal des droits de la personne contre l’agente Annie Brazeau et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

L’affaire remonte à novembre 2014. Aïcha Essalama, une Marocaine musulmane, visitait son fils. Deux semaines plus tôt étaient survenus les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa. 

Les deux sont allés prier à la mosquée et sur le chemin du retour, un enquêteur a appelé le fils pour lui annoncer qu’il l’attendait chez lui pour l’arrêter, car il ne s’était pas présenté en cour municipale dans une affaire de violence conjugale – pour laquelle il a plus tard été acquitté. 

Le fils aurait alors expliqué qu’il était avec sa mère et, conciliant, l’enquêteur aurait proposé qu’il la dépose, et d’aller l’arrêter plus loin. 

Sauf que le tout s’est passé bien différemment. « Peu avant d’atteindre leur destination [...], la victime et son fils se font encercler par des voitures de police, peut-on lire dans le mémoire de l’organisme. Plus d’une dizaine de policiers [...] sont armés de mitraillettes qu’ils pointent sur eux. » 

« Humiliée » 

Apeurée, Mme Essalama serait partie en courant avant de se faire ordonner de ne plus bouger. Elle s’est ensuite fait menotter par la policière Brazeau, qui l’aurait ensuite fouillée par palpation. 

« Mais [l’agente] va beaucoup plus loin ; en effet, elle lui enlève elle-même les chaussures, l’abaya [un vêtement religieux] et le hijab, sans sa permission », indique la Commission des droits de la personne, qui a enquêté avant de déposer la poursuite. 

Lors de la fouille, la policière aurait également levé le chandail de la femme, exhibant ainsi son soutien-gorge devant les personnes présentes, incluant le voisinage. 

« Les événements ont fortement perturbé la victime qui, notamment [...], s’est sentie profondément humiliée par le traitement qu’elle a subi. » 

Pas une première 

Mme Essalama a vite été libérée, mais c’était déjà trop pour la Commission, qui reproche à la policière de ne pas avoir informé la dame des motifs de l’intervention ni de lui avoir lu ses droits. En plus des 19 000 $ réclamés en guise de compensation, la Commission veut aussi que le SPVM mette en place une politique concernant les fouilles de membres de minorités religieuses. 

Ce n’est pas la première fois que la policière Brazeau a affaire au Tribunal des droits de la personne. En 2015, elle aurait traité un agent des services correctionnels de « noiraud » et aurait imité son accent créole. 

Le tout s’était réglé hors cour.

Peut-être aimerez-vous aussi...