/sports/racing
Navigation

Chasse gardée québécoise

Andrew Ranger, Kevin Lacroix et Alexandre Tagliani se partagent les victoires à Toronto

Le pilote de Saint-Eustache Kevin Lacroix vise un premier titre dans la série NASCAR Pinty’s.
Photo courtoisie, NASCAR Pinty’s Le pilote de Saint-Eustache Kevin Lacroix vise un premier titre dans la série NASCAR Pinty’s.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Les cinq épreuves de la série canadienne de NASCAR disputées dans les rues de Toronto, à l’occasion du week-end IndyCar, ont toutes été remportées par des pilotes québécois.

Les représentants de la Belle Province, qui occupent d’ailleurs les cinq premières positions au classement cumulatif après les trois étapes initiales de la saison, sont donc bien placés pour poursuivre cette série victorieuse samedi dans la Ville Reine.

En tête de liste figure Kevin Lacroix, meneur au tableau avec une récolte de 132 points, un de mieux que son grand rival Andrew Ranger.

Ces deux pilotes, qui ont connu des discussions particulières musclées sur les pistes dans le passé, semblent bien déterminés à succéder à Louis-Philippe Dumoulin, titré en 2018.

« La saison est encore jeune, a dit Lacroix en entrevue au Journal, vendredi, mais nous sommes très satisfaits de nos résultats jusqu’à présent. Pour réussir en NASCAR, il faut être performants dans tout genre de configurations.

« On a prouvé à Vallée-Jonction, notre bête noire sur le circuit ovale, qu’on pouvait bien rouler sur ce type de piste », a dit celui qui, jadis, était considéré comme un spécialiste de circuits routiers.

Le pilote de Saint-Eustache s’est classé deuxième en Beauce le 29 juin dernier derrière la jeune sensation Raphaël Lessard, victorieux à son tout premier départ en série Pinty’s.

Alex Tagliani qui partira en position de tête à Toronto samedi.
Photo Louis Butcher
Alex Tagliani qui partira en position de tête à Toronto samedi.

Un mauvais souvenir

Lacroix conserve néanmoins un mauvais souvenir de sa participation à Toronto l’année dernière. Un violent accident en qualifications, alors qu’il se battait pour la position de tête, est venu ruiner ses efforts.

Son équipe a dû se procurer à la hâte une voiture de remplacement (que lui a vendue l’équipe de Scott Steckly) pour participer à la course du lendemain. Il ne ralliera l’arrivée qu’au 16e rang.

Un an plus tôt, Lacroix, qui vise un premier titre en Série NASCAR Pinty’s, s’était imposé devant Dumoulin et l’Américain Adam Andretti.

Ranger, lui, a appris à gagner à Toronto, une épreuve qu’il a remportée trois fois (2010, 2011 et 2018) en cinq présences. La série Pinty’s a fait un retour sur ce circuit temporaire en 2016 après y avoir fait l’impasse pendant quatre ans.

Tagliani partira premier

Quant à Alexandre Tagliani, le seul pilote du plateau à avoir roulé en IndyCar dans les rues de Toronto et actuel troisième au classement cumulatif, il compte un succès sur ce circuit urbain en 2016. Il avait alors devancé Ranger et Lacroix.

Le vétéran pilote de Laval a d’ailleurs confirmé ses ambitions en s’octroyant, pour la deuxième année consécutive, la position de tête pour la course de samedi quand il a parcouru le circuit temporaire en un temps de 1 min 15,918 s.

Tagliani a devancé con coéquipier Marc Antoine Camirand (1:16,025) et l’Ontarien Gary Klutt (1:16,080). Tous trois ont fracassé le record du tour (1:16,267).

Dumoulin et Alex Labbé, quatrième et cinquième au classement cumulatif après les trois premières courses de la saison, ont réalisé les quatrième et septième meilleurs temps respectivement à l’issue de la séance de qualifications.

Ranger, crédité de la sixième place, s’est faufilé entre les deux. Chez les autres Québécois, Lacroix a conclu son parcours au 8e rang devant Jean-François Dumoulin (10e), Donald Theetge (13e) et Jean-Frédéric Laberge (16e).

Ils ne sont que 19 engagés pour l’épreuve de la série NASCAR Pinty’s à Toronto. Ce plateau est bien maigre quand on constate qu’en 2011, ils ont été 33 à prendre le départ.

Le coup d’envoi de la course de la série NASCAR Pinty’s sera donné à 17 h 15 samedi, soit deux heures plus tard que l’année dernière. Franchement, pourquoi à une heure si tardive alors que, pour bon nombre d’observateurs, il s’agit probablement de la course la plus excitante du week-end ?

Le Français Simon Pagenaud a dominé la première journée des essais libres en prévision de l’épreuve IndyCar présentée demain à Toronto. Le Suédois Felix Rosenqvist et le Français Sébastien Bourdais ont suivi dans l’ordre. Ils sont les trois seuls des 22 pilotes du plateau à avoir parcouru le tracé de 2,87 kilomètres sous la barre des 60 secondes. Seul Canadien inscrit, James Hinchliffe a réalisé le 11e chrono le plus rapide.