/news/currentevents
Navigation

Mordu à la jambe par un pitbull récidiviste

Le propriétaire de la bête a affirmé au Journal qu’il ferait euthanasier son chien dès aujourd’hui

Mordu à la jambe par un pitbull récidiviste
Photo Collaboration spéciale, Stéphane Sinclair

Coup d'oeil sur cet article

 SAINT-EUSTACHE | Un adolescent de 15 ans a été mordu à la jambe mercredi par un chien de type pitbull qui en était à sa troisième agression en 5 ans. 

 « Le chien en était effectivement à sa troisième attaque. Le propriétaire a reçu des contraventions pour les deux premières », a confirmé François Bleau, directeur adjoint au Service de police de Saint-Eustache. 

 « Les deux premières attaques étaient mineures. Lors de la première morsure, il n’était qu’un bébé. C’était rien de grave. Il y a un an, le chien a mordu une personne qui était venue voir mon fils. C’était encore très léger. Juste un bleu à la jambe. C’était plus un “smack” qu’une morsure. Mais là, c’est majeur. Je suis vraiment désolé de ce qui s’est passé », regrette Michel Crépeau, le propriétaire du chien de type pitbull. 

Les blessures infligées à la jambe de l’adolescent.
Photo courtoisie
Les blessures infligées à la jambe de l’adolescent.

 Corde cassée 

 Jacob Leblanc se rendait en planche à roulettes à son travail dans un restaurant de Saint-Eustache mercredi vers 16 h 45 quand il a vu le pitbull de son voisin foncer sur lui telle une fusée en jappant. 

 « Quand j’ai vu qu’il avait cassé la corde qui le retenait, qu’il était lousse et qu’il fonçait sur moi, je me suis mis à crier pour que son propriétaire intervienne », explique l’adolescent encore sous le choc quand Le Journal l’a rencontré chez lui accompagné de ses parents. 

 Le propriétaire du chien de 87 livres âgé de 5 ans estime que l’animal a pu briser sa corde probablement en raison du frottement de cette dernière sur la brique de la maison. 

 « On prenait nos précautions quand même. Il y a de la clôture partout autour. Il était à côté de moi attaché pendant que je travaillais sur le terrain », a dit M. Crépeau. 

La corde que le chien a rompue avant d’attaquer le jeune.
Photo Collaboration spéciale, Stéphane Sinclair
La corde que le chien a rompue avant d’attaquer le jeune.

 « Je sentais ses dents » 

 Le chien a mordu Jacob au bas de la jambe gauche à travers son jeans. « Une chance qu’il avait un jeans, ça aurait été bien pire. Le chien aurait pu déchirer ses muscles », explique la mère de Jacob, Mical Lepage. 

 « Je sentais ses dents rentrer dans ma peau à travers mon jeans. J’ai crié très fort. J’étais paniqué. Je n’ai pas senti la douleur sur le coup parce que j’étais sur l’adrénaline », raconte le jeune homme. 

 Le propriétaire du chien, affolé par les cris, a couru pour agripper son chien afin qu’il lâche la jeune victime. 

 Les parents ont retrouvé leur fils devant le garage étendu au sol et en douleur. « J’étais paniquée et toute molle », raconte Mme Lepage. 

 L’adolescent a été transporté à l’hôpital. Il s’en sortira néanmoins avec de nombreuses cicatrices. 

 « Il a été chanceux dans sa malchance, avance sa maman. Les médecins n’ont pas voulu refermer les plaies avec des points de suture pour éviter que de l’infection se retrouve à l’intérieur de sa jambe. Ils ont seulement rapproché la peau. Ils nous ont dit que ce sera visible à vie et moins esthétique. » 

 La police de Saint-Eustache n’exclut pas de possibles poursuites au criminel et oblige le propriétaire à faire euthanasier son chien. 

 Chien euthanasié 

 « C’est le procureur qui va décider si des accusations seront portées contre le propriétaire du chien. Il doit prouver d’ici une semaine que le chien a été euthanasié », affirme la police de Saint-Eustache. 

 Le propriétaire du chien a confirmé au Journal que le chien serait euthanasié aujourd’hui. 

 La Ville de Saint-Eustache a des règlements qui interdisent que des chiens soient en liberté et qui obligent les propriétaires de chiens dangereux (qui ont mordu) à les remettre aux autorités. 

 Dans une réponse laconique, la Ville a affirmé qu’un « comité a été formé ce printemps afin de revoir la réglementation sur la gestion animalière incluant les animaux dangereux ».