/sports/tennis
Navigation

Federer impérial

Le Suisse passe en finale après un gain en quatre manches contre l'espagnol

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
Photo AFP Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.

Coup d'oeil sur cet article

WIMBLEDON | On s’attendait à un classique pour cette 40e confrontation entre Roger Federer et Rafael Nadal. Toutefois, grâce à son opportunisme, le Suisse l’a emporté assez facilement 7-6 (3), 1-6, 6-3 et 6-4 contre l’Espagnol pour atteindre la finale de Wimbledon pour une 12e fois en carrière.

Les attentes étaient élevées en prévision de ce choc entre les deux ténors. Toutefois, on ne peut pas dire qu’on a eu droit à un affrontement qui marquera l’histoire du tennis. Loin de là.

Federer a été solide, mais surtout opportuniste. Il a excellé dans les moments-clés. C’est ce que font les grands champions. Ils trouvent toujours une façon de gagner.

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

Après deux manches assez partagées, le Suisse a pris le contrôle de la partie lors des deux suivantes. À la troisième, il a été brillant. Federer s’est procuré une avance de 2-1 avec un bris.

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

Nadal a tenté de répliquer dès le jeu suivant, mais son adversaire lui a fermé la porte en sauvant trois balles de bris. Ce fut à l’image du match. Chaque fois que l’Espagnol tentait de bâtir quelque chose, Federer trouvait une façon de contrecarrer ses plans.

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

À la fin, on peut lever notre chapeau à Nadal. Il s’est montré combatif en sauvant quatre balles de match. Ce fut les seuls moments où on a vu le vrai « Rafa » sur le terrain.

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

« Les points déterminants sont allés davantage de mon côté, a souligné celui qui visera un neuvième titre au All England club dimanche. J’ai bien servi (efficacité de 68 % sur ses premières balles). Je suis content de pouvoir jouer une autre finale ici. »

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

En finale, il affrontera le Serbe Novak Djokovic dans un autre duel impliquant deux joueurs au sommet de leur art.

« Depuis le début du tournoi, Novak a joué de façon phénoménale, a louangé Federer. Il a démontré pourquoi il est le champion du titre. Je vais tenter de le pousser au maximum.

« Ce sera difficile et ce n’est pas un hasard s’il est le numéro un mondial. »

Nadal réaliste

Après sa sortie du terrain, Nadal n’a pas tenté de trouver des excuses pour expliquer sa 16e défaite en carrière contre Federer.

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
AFP

« Ce n’était pas ma journée, a indiqué le numéro 2 mondial. Je n’ai pas aussi bien joué que lors de mes matchs précédents. Il méritait la victoire. »

L’Espagnol a reconnu que ses retours de service n’étaient pas aussi efficaces que d’habitude.

« Les siens étaient meilleurs que les miens et ça lui a donné un avantage dans le contrôle du match, a-t-il expliqué. Ça m’a mis un peu sous pression.

Au début de la troisième manche, j’ai obtenu un bris, mais j’ai commis quelques erreurs. Par la suite, j’ai traversé des moments difficiles alors que je devais résister. Le début de cette manche fut une des clés de ce match.

« J’ai commencé à mieux jouer à la fin, mais c’était trop tard. Federer a bien joué sur plusieurs facettes. D’un autre côté, je crois que je l’ai gardé dans sa zone de confort. »

De la fébrilité

Il y avait beaucoup d’excitation sur le site de Wimbledon avant le début de cette confrontation Nadal-Federer. Le représentant du Journal est allé faire un tour du côté de la fameuse butte située derrière le court numéro 1.

À cet endroit, les amateurs peuvent regarder les matchs du court central sur un écran géant. L’endroit était bondé. Il n’y avait pas un centimètre de disponible pour avoir une place de choix.

Au niveau de l’ambiance, on démontrait beaucoup de respect envers les deux joueurs. Les applaudissements après les bons coups étaient similaires pour un joueur ou l’autre.

Les échos du Big Ben 

Grâce à son opportunisme, Roger Federer a eu facilement raison de son éternel rival Rafael Nadal pour ainsi accéder à la finale du tournoi de Wimbledon.
Photo Mathieu Boulay

Une quête ratée

Je vous ai parlé de la quête des bracelets pour un certain groupe de personnes accréditées, dont je fais partie. Après le match Djokovic-Batista, je me suis placé en file avec une vingtaine d’autres collègues. En voyant que le match allait commencer et que je ne voulais rien rater, j’ai abdiqué. Je suis allé m’installer à mon pupitre pour regarder cette confrontation très attendue. Petite déception. Pour votre information, la file d’attente était tout aussi importante même si la troisième manche était en cours. Ce fut ma victoire morale.

Discussions américaines

Durant mon séjour, j’ai eu l’occasion de partager une navette avec trois journalistes américains. Leurs sujets de discussion préférés ? Serena Williams et... Donald Trump ! Lors d’un échange, ils passaient en revue tous les candidats démocrates qui pourraient livrer une lutte intéressante à Trump. Ils ont parlé de cinq ou six personnes de différents États. Constat ? Aucun d’entre eux n’est assez puissant pour détrôner l’actuel président des États-Unis. Il faut donc se préparer à voir Trump au pouvoir pour quatre autres années.

Le cricket, une grosse affaire

Dimanche, ce sera une énorme journée de sports en Angleterre. Oui, c’est la finale masculine de Wimbledon. Il y a aussi le Grand Prix de F1 à Silverstone. Mais ce qui suscite beaucoup d’intérêt, c’est la finale de la Coupe du monde de cricket. L’Angleterre y participe pour la première fois en 27 ans. C’est énorme pour ce pays. C’est tellement gros que le réseau de télévision Sky Sports va débrouiller gratuitement ses canaux pour la diffusion de ce match historique. J’aimerais partager leur engouement, mais je ne comprends rien à ce sport. Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’en saisir les subtilités.