/investigations/truth
Navigation

120 minutes

Douane
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, cet été, elles décortiquent des chiffres qui vous permettront d’y voir plus clair dans l’actualité estivale.


C’est le plus long temps que des voyageurs ont dû attendre pour traverser la frontière des États-Unis vers le Québec à Saint-Bernard-de-Lacolle, à l’été 2017.

Cette pointe a été enregistrée le samedi 29 juillet en soirée, en plein cœur des vacances de la construction, selon l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

Les temps d’attente les plus élevés notés lors de l’été 2017 aux deux autres postes en importance, Saint-Armand et Stanstead (autoroute 55), ont été respectivement de 90 et de 45 minutes.

Les données de 2017 sont les plus récentes disponibles à ce sujet.

L’ASFC recommande d’éviter les frontières terrestres « aux heures de pointe, comme en soirée, les fins de semaine ».

De juillet à août, l’agence se fixe comme objectif de faire patienter les conducteurs 20 minutes à ses frontières. Elle a respecté ce délai 96 % du temps en 2018-2019.

C’est le dimanche qui reste la journée la plus achalandée pendant ces deux mois pour les agents frontaliers, qui voient passer de nombreux Québécois de retour d’un séjour en sol américain.

En moyenne, 12 900 voyageurs ont traversé le point d’entrée à Saint-Bernard-de-Lacolle les dimanches d’été l’année dernière, 6213 à Saint-Armand, et 4680 à Stanstead.

Au total, 1,1 million de personnes ont traversé ces trois frontières en juillet et août 2018.

Le chiffre de la semaine : 2107

C’est le nombre de Québécois qui ont été victimes de vol d’identité en 2018, selon le Centre antifraude du Canada. Ils représentent environ 8 % de toutes les victimes au pays.

Chaque victime québécoise a perdu, en moyenne, 2612 $, ce qui est un peu plus élevé que la moyenne canadienne de 2416 $. Le nombre de victimes de fraude d’identité croît d’ailleurs chaque année : au Québec, il y en a eu 1855 en 2016.

Ces données ne sont pas exhaustives puisqu’elles sont compilées en fonction des signalements au Centre. La fuite de renseignements personnels de 2,9 millions de membres de Desjardins pourrait changer la prochaine donne.

– Marie Christine Trottier