/world/europe
Navigation

Des livres antisémites vendus sur Amazon, dénoncent les juifs allemands

Des livres antisémites vendus sur Amazon, dénoncent les juifs allemands
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Berlin | Le Conseil central des juifs allemands a dénoncé samedi la vente sur Amazon de livres antisémites et d’articles glorifiant le nazisme.

Il est «absolument inacceptable que des t-shirts et des autocollants soient vendus via Amazon, glorifiant le nazisme, ou incitant à la haine des minorités», déplore le président du Conseil central, Josef Schuster, dans une interview au groupe RND. 

Le géant mondial de la vente en ligne porte «une grande responsabilité morale et sociale», ajoute M. Schuster, pour qui Amazon ne peut se retrancher derrière son seul rôle de «fournisseur». 

«Nous attendons d’une entreprise comme Amazon, ainsi que des autorités responsables, qu’elles retirent immédiatement ces articles de la circulation et qu’elles engagent systématiquement des poursuites pénales», ajoute M. Schuster.  

Il pointe en particulier la vente d’ouvrages ouvertement antisémites, comme Der Jude als Weltparasite (Le juif comme parasite mondial) ou Judas: l’ennemi mondial. Le premier ouvrage était effectivement disponible samedi matin, pour 20 euros, sur la plateforme de vente en ligne. 

Le Conseil central s’alarme aussi de la vente d’autocollants ou de t-shirts portant des inscriptions en lettres gothiques telles que Auch ohne Sonne braun (Même sans soleil brun) ou Nordische Wut kennt keine keine Gnade (La rage nordique ne connaît pas de pitié, pas de pitié), effectivement en vente sur Amazon.  

Sollicité par RND, Amazon n’a pas souhaité faire de commentaire. 

Le mémorial de la Shoah Yad Vashem avait déjà demandé en 2017 à la société de vente par correspondance d’interdire la vente sur son site de livres négationnistes. 

La lettre était accompagnée de photos de livres négationnistes mis en vente afin d’appuyer la demande du mémorial, notamment Le rapport Leuchter, un pseudo document scientifique qui tente de démontrer que les chambres à gaz n’ont pas existé.