/entertainment/shows
Navigation

FEQ: 7 raisons d’aller voir Loud, Koriass et cie au spectacle de rap québécois

Loud sur les Plaines en 2018
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Loud sur les Plaines en 2018

Coup d'oeil sur cet article

Le spectacle du samedi 13 juillet à la scène Loto-Québec commencera tôt et attirera sans aucun doute les mordus de rap québécois.   

Les festivaliers auront la chance de voir des noms connus du grand public, comme Loud, Koriass, Sans Pression et Robert Nelson.    

Mais d’autres artistes livreront également une performance et, si leur visage est peut-être moins familier, ils valent assurément le détour.    

Voici sept raisons d’aller à la journée rap québécois du FEQ...  

1) Encourager un gars de Québec  

Dès 15h, Vincent Biliwald, originaire du quartier Limoilou, à Québec, cassera la glace.    

En octobre 2018, il avait dévoilé le simple Été boréal, tiré de son projet Frugal.   

Tout récemment, il a sorti la chanson Low Town sur toutes les plateformes de streaming.    

Outre ce projet solo, Biliwald œuvre dans le rap jeu depuis 2014 avec Maestronautes.   

2) Resserrer les connexions entre Gatineau et Québec  

Le Gatinois D-Track s’amène à Québec avec du gros stock.    

Quand on regarde les plateformes de streaming, ce n’est pas le bon matériel qui manque.   

Dieu est un Yankee, sorti il y a deux mois, est l’album qu’il assume le plus au niveau musical.   

Des textes forts et de bons beats attendent les festivaliers.    

3) Vivre un party bas-canadien  

La présentation du président de la République du Bas-Canada, Robert Nelson, n’est plus à faire.    

Connu pour son implication dans Alaclair Ensemble ou encore Rednext Level, Robert Nelson sera en terrain connu le samedi 13 juillet, puisqu’il a grandi à Québec.    

Avec son dernier opus, Nul n’est roé en son royaume, paru en avril 2019, le party de Nelson risque d’être quelque chose.    

Il ne serait d’ailleurs pas surprenant de voir d’autres membres d’Alaclair Ensemble se joindre à lui.    

4) Célébrer les 20 ans de l’album 514-50 dans mon réseau  

Ça fait déjà 20 ans que l’album culte 514-50 dans mon réseau de Sans pression est sorti dans les bacs.    

Il n’est pas exagéré d’affirmer que cet opus a façonné le rap québécois tel qu’on le connaît aujourd’hui.    

Il s’agira d’une bonne occasion de fêter tout ça et de laisser SP livrer le meilleur de ce qu’il a produit dans les deux dernières décennies.    

5) Tomber sur le dos en écoutant Naya Ali  

Une écoute rapide est suffisante pour tomber amoureux du son de la Montréalaise Naya Ali.    

Elle sait chanter. Elle sait rapper. Elle n’a rien à envier aux Cardi B de ce monde.    

Ça te rentre dedans comme une tonne de briques.    

Montez la basse et patientez jusqu’à son arrivée sur la scène Loto-Québec.   

  

6) Aller dans un 5 à 7 à 20h  

Ce sera l’occasion rêvée d’entendre la chanson 5 à 7 de Koriass ailleurs que dans vos écouteurs.    

Le rappeur de Québec est probablement l’un des plus en vogue ces temps-ci.    

Ses multiples collaborations et son implication des 10 dernières années dans le rap québécois font de son répertoire un petit trésor.    

Vous ne connaissez pas les paroles? Ce ne sera pas trop long...   

7) Vivre un Centre Bell 2.0  

Loud, Loud... Loud.   

Son nom semble être partout et ce n’est pas un hasard.    

Avec ses deux soirs au Centre Bell au début du mois de juin, le rappeur a accompli ce qu’aucun autre n’avait accompli avant lui dans ce style.    

Vous l’aviez raté l’année dernière sur les Plaines en première partie de Lil Yachty et Future?   

C’est votre chance.    

Il est de retour en tête d’affiche avec ses... médailles-dailles-dailles-dailles-dailles.