/weekend
Navigation

Rattrapage télé d’été

Coup d'oeil sur cet article

Je ne sais pas pour vous, mais moi, même si c’est mon métier, j’ai toujours l’impression d’être en rattrapage tant il y a de nouvelles séries qui sortent et se démarquent sur les différentes plateformes. L’écoute de séries est un travail à temps plus qu’infini. Si vous n’avez que peu de temps à y consacrer, voici un éventail de ce qui a fait jaser cette saison, principalement en fiction. J’inclus ici volontairement les titres qui se regardent indépendamment s’il y a plus d’une saison. L’humour grinçant est à l’honneur, mais attention, ce n’est pas toujours léger !

1. M’entends-tu ?

♦ Télé-Québec.tv

Photo courtoisie, Télé-Québec

Cette série de Florence Longpré est d’abord débarquée comme un ovni. Son ton ne ressemble à rien. Direct, sans tabou, grinçant. Bien que ses protagonistes soient dans la grosse misère, c’est touchant, rafraîchissant. On rit aussi. Un peu jaune, mais on nous en donne le droit. Et on nous fait aussi subtilement réfléchir sur une réalité rarement mise en ondes. Ada, Fabiola et Carolanne sont trois amies. La première dit tout ce qu’elle pense et peine à gérer son agressivité, la seconde a un grand cœur, mais est étouffée par les responsabilités, la troisième ne parle à peu près pas, prisonnière d’un passé douloureux. Ensemble, elles passent à travers une vie qui ne leur a pas donné grand-chose. Cette série s’est distinguée à chacun de ses passages remportant le prix de la meilleure comédie à Série Mania en France et un Rockie Award à Banff.

2. Léo

♦ Club illico

Photo courtoisie, Club illico

L’écriture de Fabien Cloutier s’inscrit aussi dans un ton grinçant. Sa série Léo grafigne un peu moins que ses pièces, mais on y retrouve une unicité qui fait du bien à la télé. Léo est un vieux garçon, éternel adolescent. Pas de blonde, pas de job officielle. Mais dans la petite ville où il habite, tout le monde le connaît à cause de son franc-parler et parce qu’il est toujours là pour aider. Comme son ami Chabot est casé, Léo va vouloir lui aussi trouver la femme de sa vie. Cette comédie fort sympathique propose une galerie de personnages colorés et aborde sans détour des thèmes moins exploités. Un univers à découvrir assurément.

3. Faits divers

♦ Ici.tou.tv Extra

Photo courtoisie, Veronique Boncompagni

Une comédie-dramatique absolument savoureuse. Il s’agit ici de la 2e saison, mais elle se regarde très bien de façon indépendante. La prémisse est brillante puisqu’elle met en scène des personnages qui ont l’art de se mettre les pieds dans les plats. Ici, je parle de Rachelle (Rachel Graton) fille aînée d’une famille qui trempe dans des activités pas trop légales. Je parle aussi de Paulo et Francine (Luc Senay et Chantal Baril), propriétaires d’un camp de nudistes qui ont... des choses à cacher. Des disparitions, des mensonges, une enquête policière. Les textes de Joanne Arseneau sont magnifiquement ficelés. Les personnages s’y perdent, mais la beauté de la chose, c’est que nous en sommes témoins en ayant tous les indices pour pouvoir en rire.

4. Fleabag

♦ Amazon Prime

Photo courtoisie, Amazon prime video

Une formidable comédie grinçante démarrée sur une boutade alors qu’un ami lançait le défi à l’actrice, scénariste, réalisatrice londonienne Phoebe Waller-Bridge d’écrire un numéro pour un festival. Résultat ? Une série dont la 2e saison (qui s’est fait attendre trois ans) vient de sortir sous un enthousiasme unanime des deux côtés de l’Atlantique. Fleabag est le surnom d’une trentenaire endeuillée aux relations familiales houleuses (les échanges avec sa belle-mère incarnée par Olivia Coleman sont savoureux), aux amours insatisfaisants et au tempérament dépressif et corrosif. On suit ses tribulations et ses réflexions qu’elle nous adresse sans tabous à la caméra. La scénariste, aujourd’hui très en demande, mêle avec brio sujets costauds et burlesque assumé.

5. Chernobyl

♦ HBO Canada (VF à Super Écran)

Photo courtoisie, HBO

Si vous avez un moral d’acier et souhaitez absorber un contenu dense et tendu, cette mini-série reconstitue en cinq épisodes la catastrophe nucléaire qui a éclaté le 26 avril 1986 quand le réacteur #4 a explosé, dégageant d’infinis éléments radioactifs dans la ville ukrainienne de Tchernobyl. C’est à la fois haletant et suffocant. On dit que les faits y sont montrés avec, à quelques détails près, beaucoup de justesse. On y vit la panique, l’urgence, l’inconscience, l’hypocrisie, le mensonge. Puis, la douleur, l’agonie. Une véritable crise écologique, économique, politique, surtout humaine. Réalisation esthétique et créative.

6. When They See Us

♦ Netflix

Photo courtoisie, Netflix

Attention, cette série est difficile à regarder. Elle illustre une injustice sans nom. Elle nous chavire le cœur, nous fâche, nous indigne. Parce qu’elle relate une histoire vraie et une cause dictée par pur racisme. En 1989, une joggeuse est attaquée et violée à Central Park. On arrête cinq jeunes, quatre Afro-Américains et un Hispanique. Ils seront forcés à avouer un crime qu’ils n’ont pas commis et, faute de preuve, seront condamnés l’année suivante. Ce sont des vies et des familles détruites, marquées. Des gens impuissants face à un système qui s’est fait sa propre idée. Une façon de faire inhumaine rendue par la réalisatrice Ava DuVernay. En 2002, la déclaration de culpabilité sera annulée.

À découvrir sur le web

Le web offre la possibilité de produire des formats courts d’excellente qualité. Voici trois webséries d’ici lancées récemment qui se dévorent en peu de temps.

► La maison des folles sur Unis.tv

Photo courtoisie, Unis

Une websérie brillamment écrite et incarnée avec beaucoup de justesse. On y accompagne Sahara, une ado de 15 ans qui débarque d’Afrique et se retrouve dans une famille d’accueil avec quatre autres filles aux parcours délicats, en attente de sa mère. C’est un sujet plus qu’actuel. Mara Joly, la réalisatrice et scénariste, nous fait une proposition ultra authentique, crue et belle à la fois. Au fil des jours, elles vont s’apprivoiser, se comprendre, sous le regard bienveillant de « ma tante » interprétée par Claire Jacques, une femme grossière qui enfile les cigarettes, mais qui a un grand cœur et un bon instinct pour accompagner ces filles poquées. La série a remporté le prix du public au festival Canneseries – volet séries courtes en avril (à Cannes). Une histoire positive sur un milieu souvent décrié pour ses erreurs.


► Juste nous deux sur Vrak.tv

Photo courtoisie, Vrak

Cette websérie fraîchement débarquée aborde aussi la question du passage à la vie adulte, de l’attachement, de l’amitié, de la liberté alors que Mathieu invite sa meilleure amie Joëlle à partir en roadtrip en Gaspésie. Un voyage qui devait être tout simple. Lui vit une rupture, elle veut réaliser les dernières volontés de son père. Mais l’aventure est ponctuée de rencontres qui vont fragiliser leur relation et donner une petite twist intrigante au voyage.


► Nomades sur Ici tou.tv Extra

Photo courtoisie, Trio orange

Dans la dernière année, plusieurs webséries ont vu le jour s’adressant aux ados et jeunes adultes. Celle-ci, dont Romane Denis est le personnage central, exprime très bien les doutes qui s’installent dans le passage à la vie adulte. Sam a 17 ans et une peine d’amour. Pour changer d’air, elle quitte Trois-Pistoles pour un petit boulot dans une Auberge de jeunesse à Montréal où elle fait la rencontre d’autres jeunes qui, comme elle, sont en quête d’identité et d’autonomie. Bien écrite et bien réalisée, cette série est aussi une belle occasion de découvrir de nouveaux visages.