/news/society
Navigation

Une église bondée pour dire adieu à Laurent McCutcheon, «ouvreur de portes» pour la communauté LGBTQ+

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’église Saint-Pierre-Apôtre, dans le Village gai à Montréal, était bondée samedi matin pour dire adieu à Laurent McCutcheon, militant de la première heure pour les droits de la communauté LGBTQ+. 

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

  

Des dizaines de personnes étaient rassemblées pour saluer le travail accompli par le militant, fondateur de la Fondation Émergence et créateur de la Journée nationale contre l’homophobie – devenue la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. 

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Le choix de l’église portait une symbolique particulière: c’est en ses murs que M. McCutcheon avait présenté une homélie contre l’homophobie le 16 mai 2010. 

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Militant pour les droits de la communauté LGBTQ+ depuis les années 1970, Laurent McCutcheon est décédé, le 4 juillet, à l’âge de 76 ans, après avoir reçu l’aide médicale à mourir au terme d’un combat contre le cancer. Il laisse dans le deuil son conjoint de longue date, Pierre Sheridan. 

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Ce qu’ils ont dit:  

«C’était quelqu’un qui cognait aux portes, qui les ouvrait, et qui s’assurait que les portes ne se referment pas. C’est notre mission pour la suite, pour la Fondation Émergence, mais aussi pour la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Il laisse un bel héritage à notre communauté et dans le monde» - Patrick Desmarais, président de la Fondation Émergence

«La seule chose que je connais de Laurent, c’est son courage. Au début, ça prenait beaucoup, beaucoup de courage d’affronter une population qui était en partant contre nous, qui ne nous aimait pas. Ça prenait beaucoup de courage pour dire: "On est corrects, on est des personnes normales nous aussi et un jour vous allez nous accepter"» - François Dumas, initiateur des premiers défilés de Fierté Montréal

«J’ai eu l’occasion de le croiser à quelques reprises, c’est une personne extrêmement inspirante» - Sonia LeBel, ministre de la Justice

«Il était très actif, mais en même temps très discret. Ça a l’air drôle; il était reconnu publiquement, mais d’une grande discrétion à tout moment, et capable de prendre le temps d’expliquer les choses» - Gilles Duceppe, ancien chef du Bloc québécois

«Il a aidé à briser des silos, à faire reconnaître le droit d’être, de vivre dans la dignité» - Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports, ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

«Laurent adorait bricoler, reconstruire. Le marteau, ce n’est pas pour briser, c’était pour enlever les clous, pour ouvrir, reconstruire» - Philippe Morinat, vicaire, paroisse Saint-Pierre-Apôtre

«La bataille n’est pas terminée. Des militants comme Laurent McCutcheon, on doit leur rendre hommage et continuer le combat» - Michel Duchesne, candidat bloquiste dans Outremont