/24m/city
Navigation

Grand excès de vitesse de Benois Dorais: L’opposition réclame des explications

Grand excès de vitesse de Benois Dorais: L’opposition réclame des explications
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, somme la mairesse Valérie Plante de sortir de son mutisme pour dire si elle maintient sa confiance envers son numéro 2, Benoit Dorais, intercepté pour avoir roulé à 171 km/h sur l’autoroute.

• À lire aussi: Un élu s’est fait prendre à 171 km/h

• À lire aussi: C’était le 9e ticket du bras droit de Plante

«Il est inacceptable que la mairesse refuse de répondre, de se prononcer sur un enjeu qui est aussi grave que cela. On sait à quel point que 71 kilomètres de l’heure au-dessus de la limite légale, ce n’est pas banal. Ils sont en train d’essayer de le balayer sous le tapis comme [si] c’est un ticket sans conséquence», a déploré M. Perez.

Benoit Dorais a reçu une contravention en avril dernier après avoir roulé à 171 km/h sur l’autoroute 35 en Montérégie, rapportait Le Journal de Montréal vendredi dernier. Depuis son élection en 2009, l’élu municipal avait déjà reçu trois contraventions pour excès de vitesse.

M. Dorais, président du comité exécutif de la Ville et maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, a admis avoir fait une «erreur».

«Ce n’est pas une simple erreur, c’est un manque de jugement assez grave», a rétorqué M. Perez, qui enjoint M. Dorais à s’expliquer. Autrement, M. Perez lui suggère de réfléchir à son avenir en tant que président du comité exécutif.

Pour sa part, le chef de l’opposition officielle affirme ne pas avoir connaissance d’incidents similaires au sein de son caucus.

Cela dit, en 2019, une demi-douzaine de membres de son équipe ont reçu des contraventions pour avoir enfreint des règles de circulation et de stationnement, d’après les documents du plumitif, épluchés par le cabinet de Valérie Plante.

Manque de crédibilité

«La prochaine fois qu’il va parler d’augmentation de contraventions dans son budget, on va se mettre à rigoler; il n’a aucune crédibilité, a poursuivi M. Perez. En tant que président du comité exécutif, il a besoin d’avoir une certaine autorité morale. Avec cet incident, il l’a perdue.»

«Alors, la mairesse doit se prononcer: est-ce qu’elle a toujours confiance en M. Benoit Dorais pour qu’il soit le président de son comité exécutif?»

La crédibilité de M. Dorais «n’est pas remise en question, a défendu Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif. M. Dorais regrette ses agissements et, à l’instar de tout citoyen, fait face aux conséquences de ses actes. Toutefois, ceci ne remet pas en question la qualité de son travail.»

Le chef d’Ensemble Montréal n’a pas demandé la démission de M. Dorais comme élu, contrairement au conseiller indépendant Marvin Rotrand.

S’il refuse de démissionner, «la mairesse devrait le retirer du comité exécutif», estime M. Rotrand. L’élu s’interroge notamment sur le degré de connaissance qu’avait ou non la mairesse des excès de vitesse répétitifs de son bras droit. Le conseiller de Snowdon demande aussi des explications publiques.

Valérie Plante est à New York pour prendre part au Conseil des villes pour les migrations.