/finance/business
Navigation

Pas de nouveaux membres touchés, jure le grand patron

Coup d'oeil sur cet article

Le PDG de Desjardins, Guy Cormier, s’est défendu lundi d’avoir élargi la protection à l’ensemble des membres à la lumière « d’information additionnelle des corps policiers ».

« Absolument pas. L’information que l’on a aujourd’hui est la même que l’on avait le 20 juin dernier. On n’a pas reçu d’information additionnelle des corps policiers », a répondu le PDG de Desjardins quand un journaliste lui a demandé si les nouvelles mesures qui ratissent plus large voulaient dire que plus de membres ont été touchés.

Plus de 2,7 millions de membres particuliers et un peu plus de 173 000 entreprises se sont fait voler leurs renseignements personnels par un ex-employé de Desjardins, qui a été congédié par l’institution, a fait savoir Desjardins le 20 juin dernier.

Pas de corrélation

Lundi, Guy Cormier a vigoureusement nié qu’il y ait une « corrélation avec une supposée information [supplémentaire] que l’on pourrait avoir », faisant référence au fait qu’il pourrait y avoir plus de membres qui auraient été victimes de la fuite.

Selon lui, l’annonce vient plus « du monde numérique actuel dans lequel on vit ». M. Cormier a ajouté que Desjardins avait déjà un service d’assistance à l’interne, mais que l’institution a voulu l’élargir après la fuite.

D’après M. Cormier, les nouvelles mesures sont la preuve que Desjardins veut être « beaucoup plus moderne dans sa façon de faire ».

Assurances, finances, affaires... tous les secteurs de l’institution se sont mis au boulot ces dernières semaines pour mieux encadrer et protéger les membres de l’institution.

Plus encore, Guy Cormier s’est même dit prêt à bonifier ce forfait en cas de besoin au cours des prochaines semaines.