/sports/opinion/columnists
Navigation

Remettre les Alouettes sur les rails

Kavis Reed a été limogé, hier.
Photo d'archives Kavis Reed a été limogé, hier.

Coup d'oeil sur cet article

Les Alouettes avaient donc une bonne raison pour licencier Kavis Reed.

Et les résultats du passé ne sont pas nécessairement à l’origine de son départ. Patrick Boivin, le président et chef de la direction de l’équipe, a clairement indiqué que l’organisation n’avait pas le choix, elle devait se séparer de son directeur général.

On était en droit de croire que les Alouettes formaient une entreprise plutôt étrange.

Congédier son directeur général après deux victoires avait de quoi étonner bien que le bilan de Davis comme le grand décideur de l’équipe était des plus catastrophiques.

Il n’était sûrement pas l’homme de la situation.

Et les circonstances ont finalement eu raison de l’homme responsable de l’opération football.

De l’espoir

Khari Jones va prendre la relève, déjà qu’il est en train de remettre la concession sur les rails depuis qu’on lui a confié la gestion quotidienne de l’organisation.

Et voilà que 15 quarts-arrières plus tard, c’est le nombre de quarts sur le registre des Alouettes depuis la retraite d’Anthony Calvillo, les Alouettes semblent voir de la lumière au bout du tunnel. Patrick Boivin a tenu à préciser que la vente éventuelle de l’équipe n’avait aucunement influencé la décision prise hier matin.

Au contraire, Boivin et son groupe n’avaient pas d’autres choix.

La vente s’effectuera prochainement, personne n’en doute, et les frères Peter et Jeff Lenkov sont au sommet de la liste de la Ligue canadienne.