/24m/transports
Navigation

Réseau express métropolitain: les stations aériennes sèment l’inquiétude

Réseau express métropolitain: les stations aériennes sèment l’inquiétude
STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les stations aériennes du futur Réseau express métropolitain (REM) suscitent de l’inquiétude chez des gens qui habitent près de celles-ci, et qui craignent pour leur intimité.

• À lire aussi: La structure aérienne en construction

«Ça va carrément arriver à la hauteur de nos fenêtres de chambre», craint Josée Riopel, qui vit à quelques mètres de la gare de train Sunnybrooke, qui sera remplacée par une station aérienne du REM. Aux heures de pointe, les trains y passeront toutes les cinq minutes.

Sept stations seront surélevées sur le réseau du REM, et le train électrique circulera entre elles dans les airs, comme un monorail. La construction de la structure, qui atteindra jusqu’à six mètres de hauteur à certains endroits, a débuté le mois dernier près de l’autoroute 40.

Pour l’instant, il est impossible de connaître la hauteur exacte de chaque station, puisque les plans ne sont pas terminés, confirme le bureau du REM.

Mme Riopel estime que la base des trains roulera à la hauteur du sommet des caténaires qui tiennent actuellement les fils des trains à la gare Sunnybrooke, et qui sont bien visibles de chez elle. Les trains surplomberaient ainsi la haie de cèdres qui protège les résidents du bruit des trains.

Le mois dernier, lors d’une rencontre d’information publique sur l’arrivée du REM dans le secteur des futures stations Roxboro-Pierrefonds et Sunnybrooke, Mme Riopel et quelques autres résidents ont partagé leurs craintes par rapport au bruit que pourraient causer ces trains et à la perte d’intimité qu’ils entraîneraient.

Peu de détails

Le bureau du REM estime que les plans devraient être prêts et présentés à la population au cours des prochains mois, et assure que l’intégration des trains à leur environnement fait partie des préoccupations.

«Je sais que certaines personnes aimeraient vraiment avoir tous les détails, la hauteur au mètre près. C’est sûr que ça, c’est des éléments qui sont en cours de finalisation et qu’on va évidemment partager dès que c’est final», mentionne Jean-Vincent Lacroix, porte-parole pour le bureau du REM.

Selon lui, les questions posées par les riverains des futures stations sont tout à fait légitimes, et un travail est en cours avec de grandes firmes d’architecture pour assurer une bonne intégration.

Même chose pour les personnes dont les rails aériens passeront à proximité de la propriété. «Ce ne sont pas des autoroutes non plus, c’est deux voies, une dans chaque direction, mais on travaille aussi à essayer de s’assurer que ça puisse bien s’intégrer quand même au paysage», dit-il.

Le bureau du REM a déjà présenté à la population un rendu architectural de ce dont auraient l’air ces stations, ainsi que les grandes lignes de leur esthétique, sans toutefois entrer dans les détails avant qu’ils soient confirmés. «On essaie d’être prudents pour ne pas partir dans un bal des hypothèses et que ça suscite peut-être plus d’inquiétudes qu’autre chose», affirme M. Lacroix.

Mme Riopel n’est pas rassurée. «Ils ont promis qu’ils prendraient toutes les mesures pour assurer l’intimité des gens, mais ils ont aussi promis qu’ils n’arrêteraient pas le service», mentionne-t-elle, faisant référence au fait que la ligne Deux-Montagnes sera finalement fermée, partiellement puis complètement, de janvier 2020 jusqu’à la mise en service de cette antenne du REM en 2023.

Stations du REM qui seront aériennes:

– Bassin Peel

– Kirkland

– Pointe-Claire

– Des Sources

– Roxboro-Pierrefonds

– Sunnybrooke

*Sainte-Dorothée (sur un talus végétalisé)