/entertainment/comedy
Navigation

Pansexualité: Katherine Levac fait son coming out

Katherine Levac a ouvert sa soirée Carte blanche en abordant sa pansexualité

Coup d'oeil sur cet article

 Le titre le dit : Katherine Levac avait carte blanche pour sa première animation au festival Juste pour rire. L’humoriste en a profité pour faire son coming out, s’annonçant pansexuelle dans un numéro franchement drôle, mais surtout d’une grande classe. 

 « Je suis en couple avec une fille », a laissé tomber Katherine Levac, tout bonnement, à mi-chemin de son numéro d’ouverture. Non, elle n’en a pas fait un plat. Elle a simplement saisi l’occasion de déboulonner certains mythes et préjugés en répondant du tac au tac à certaines questions éculées souvent adressées aux membres de la communauté LGBTQ. 

 « Non, je ne m’ennuie pas d’un pénis. Je m’ennuie de l’émission Rumeurs », a-t-elle avancé, devant un parterre complice. 

 Tout au long de la soirée, Katherine Levac a su être à la hauteur, tant dans son propre numéro que dans ses interventions ponctuant le spectacle. Sympathique, attachante et souvent très, très drôle, elle s’est montrée en plein contrôle et maître de sa scène pour cette toute première expérience d’animatrice. 

 Liberté totale 

 À quoi s’attendre des soirées Carte blanche, présentées par Juste pour rire depuis hier ? En fait, il s’agit simplement d’une nouvelle appellation des traditionnels galas, désormais accompagnés d’une facture visuelle légèrement revampée, mais surtout présentés dans un contexte moins rigide. Exit les thèmes (parfois contraignants, soit dit en passant), les animateurs et leurs invités jouissent d’une liberté totale et, ultimement, bienvenue. 

 Katherine Levac a ainsi accueilli tour à tour amis et coups de cœur, de Phil Roy aux Denis Drolet, en passant par Arnaud Soly, Alexandre Bisaillon, Laurent Paquin, Rosalie Vaillancourt et autres. 

 Du lot, on se souviendra plus particulièrement de Sam Breton. On connaissait déjà l’ampleur de son talent, mais il a encore une fois réussi à nous épater par son humour et ses aptitudes de conteur évidentes. Celui qui présente actuellement son premier one-man-show est assurément voué à une belle carrière. 

 Au chapitre des découvertes, on n’est pas près d’oublier les noms de Anas Hassouna et Eman El-Husseini. Tous deux ont fait très forte impression avec des numéros délicieusement politiquement incorrects suscitant des éclats de rire aussi sincères que fréquents et bruyants. 

 En revanche, un sketch mettant en vedette Phil Roy et Martin Carli aurait gagné à être resserré et raccourci. Même chose pour celui de Sam Boisvert, un jeune humoriste au potentiel évident, mais dont le numéro aurait dû être distillé, histoire d’éliminer quelques longueurs.  

 ► Les soirées Carte blanche se poursuivent jusqu’à samedi, animées tour à tour par Philippe Laprise, Anne-Élisabeth Bossé, Julien Lacroix et Adib Alkhalidey, puis Jay Du Temple, respectivement.