/sports/football/alouettes
Navigation

Congédiement de Kavis Reed: joueurs qui rient, joueurs qui pleurent

Congédiement de Kavis Reed: joueurs qui rient, joueurs qui pleurent
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Après deux victoires consécutives, les joueurs des Alouettes auraient préféré parler uniquement de football, mais le récent congédiement du directeur général Kavis Reed devenait un sujet incontournable, mardi, au terme de l’entraînement de l’équipe.

Le vétéran John Bowman, qui en est à sa 14e saison avec le club montréalais, est celui qui a défendu Reed le plus fermement. À ses yeux, il serait injustifié de faire le procès de l’homme de football sur la place publique, peu importe la raison qui l’a propulsé vers la sortie.

«Je ne crois pas que ce soit juste, tant et aussi longtemps qu’on ne sait pas exactement ce qui s’est passé et quelles sont les raisons de son congédiement, a indiqué l’ailier défensif de 36 ans. Nous devrions tous garder notre opinion.»

L’organisation des Alouettes, par l’entremise de son président Patrick Boivin, a elle-même laissé place aux spéculations, lors de l’annonce concernant Reed, dimanche, en parlant simplement d’«un manquement de nature administrative».

Si Bowman assure les arrières de son ancien patron, c’est que Reed a été très bon pour lui chez les Alouettes.

«Il est l’une des raisons pour lesquelles je suis encore ici, a admis Bowman. Il y a quelques années, certains souhaitaient mon départ et il avait mis sa tête sur le billot pour moi.»

En plus de Bowman, plusieurs autres membres des Alouettes ont téléphoné ou envoyé un texto à Reed pour le remercier ou pour lui souhaiter bonne chance. C’est le cas du secondeur Henoc Muamba.

«Je l’ai remercié de m’avoir amené ici, a-t-il révélé. Après ça, je ne peux rien faire de plus que ça. Sur le coup, j’étais choqué. Je n’avais aucune idée des choses qui se sont passées.»

«Il y a toujours des gens qui aiment ou détestent certains directeurs généraux, a poursuivi Muamba. Pour moi, personnellement, Kavis a été une bonne personne.»

Se préparer pour les Eskimos

Avec sa franchise habituelle, le Québécois André Bolduc, entraîneur des demis à l’attaque chez les Alouettes, a aussi commenté la situation.

«Ça n’a pas toujours été une fiche impeccable, on le sait, mais c’est un gars travaillant et on l’appréciait en tant que personne aussi», a-t-il dit, à propos de Reed.

Est-ce que Bolduc a déjà entendu certaines bizarreries entourant les contrats de différents joueurs ou des manigances visant à contourner le plafond salarial?

«Jamais je n’ai vu ou entendu des trucs croches autour de moi, a assuré l’entraîneur québécois. Et Dieu sait que j’ai les pieds dedans. Les vraies raisons, on ne les sait pas nécessairement. On ne passera pas la semaine à chercher ce qui s’est passé. Bien honnêtement, on veut se préparer à battre Edmonton samedi.»

Les frères Lenkov en ville

Au sujet du match de samedi face aux Eskimos, les frères Peter et Jeffrey Lenkov, acheteurs potentiels des Alouettes, doivent assister à la rencontre au Stade Percival-Molson.

«S’ils veulent acheter l’équipe, il faut bien qu’ils viennent voir le spectacle», a brièvement réagi Bolduc, concernant cet autre dossier épineux.

Ce qu’ils ont dit...

«Il y a toujours des gens qui aiment ou détestent certains directeurs généraux. Pour moi, personnellement, Kavis a été une bonne personne. On avait une bonne communication.» -Henoc Muamba, secondeur

«Je l’ai appelé et je l’ai simplement remercié d’avoir formé cette équipe. Il y a une partie de lui là-dedans.» -Khari Jones, entraîneur-chef

«C’est malheureux, c’est un bon gars. Il m’a toujours traité avec respect.» -John Bowman, ailier défensif

«Je viens au travail et je dois aider à gagner des matchs. Peu importe qui est l’entraîneur, peu importe qui est le directeur général. Je ne suis pas inquiet par la situation, je m’inquiète de remporter des matchs» - Vernon Adams fils, quart-arrière