/news/green
Navigation

Interdiction de nourrir les pigeons à Gaspé

Les contrevenants s’exposent à des amendes salées

pigeons Gaspé
Photo collaboration spéciale, Nelson Sergerie Des pigeons nichent sous le pont du centre-ville de Gaspé et dérangent des citoyens.

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Les personnes tentées de nourrir des pigeons ou des goélands à Gaspé pourraient recevoir une amende allant jusqu’à 1000 $ pour une première offense.

« Si on ne réussit pas à convaincre quelqu’un avec des arguments, on réussit toujours à le convaincre par le portefeuille. On espère que la menace d’avoir une amende va peut-être convaincre les personnes d’arrêter de faire ça », affirme le maire Daniel Côté, qui se dit frustré de devoir en arriver à un tel geste pour que des citoyens cessent de nourrir les volatiles.

Amendes salées

Le conseil municipal a modifié lundi soir son règlement sur les nuisances pour y ajouter l’interdiction de nourrir volontairement et exclusivement les goélands et les pigeons.

Les pénalités sont salées : une amende de 200 $ à 1000 $ peut être servie à une personne pour une première infraction, et de 400 $ à 2000 $ en cas de récidive.

Le montant de la pénalité sera déterminé « à la discrétion de l’agent de la paix », a fait savoir la Ville. Notons que les gens ayant des mangeoires d’oiseaux ne sont pas visés par ce règlement.

Les autorités municipales ont tout tenté pour que les citoyens cessent cette pratique. Une conseillère municipale avait même fait une sortie au début du printemps. Le maire avait ajouté son mot par la suite lors de séances publiques.

« Il y a eu des tentatives pour convaincre les gens d’arrêter. Mais les très rares personnes [qui nourrissaient volontairement les oiseaux] continuent de le faire et on sort la règle pour donner des coups sur les doigts », illustre le maire Côté.

La semaine dernière, un avis de motion a été déposé en séance spéciale pour lancer un dernier avertissement avant d’adopter le règlement.

Problème de santé publique

La prolifération de ces oiseaux qui souillent d’excréments la place publique est devenue un fléau.

« Quand on est rendu à une quantité phénoménale de pigeons qui font des excréments partout, qui polluent notre environnement, qui peuvent provoquer un problème de santé publique, on a un problème », s’insurge le maire gaspésien, se basant sur « d’innombrables plaintes » de résidents et de commerçants du centre-ville pour agir.