/24m/outings
Navigation

Képinski, Kwenders et Kanapé Fontaine à Présence autochtone

Képinski, Kwenders et Kanapé Fontaine à Présence autochtone
Photo Agence QMI, STEVE MADDEN

Coup d'oeil sur cet article

Le festival Présence autochtone, présenté du 6 au 14 août, souhaite faire de la Place des festivals et du cœur de Montréal un grand lieu de rassemblement et un espace de dialogue entre les peuples.

«Quelqu’un qui vient à Présence autochtone plonge dans une réalité humaine qui a un long passé sur ce territoire, et c’est donc un véritable contact, un véritable dialogue qui s’instaure, a indiqué André Dudemaine, directeur artistique de l’événement. Le festivalier n’est pas là juste pour vivre une expérience passagère, mais bien pour vivre une expérience fondamentale d’amitié entre les peuples.»

L’événement rassemblera de nombreux artistes de partout à travers le monde de sorte à faire rayonner la culture des peuples autochtones des Amériques et du monde. Célébrant cet été sa 29e édition, le festival a grandement évolué depuis ses débuts.

«Il y a eu des difficultés, des résistances, des réussites et des avancées. Ça a été un long parcours, mais, en bout de ligne, alors que l’on arrive à presque 30 ans, on se dit qu’on a vraiment institué quelque chose qui est là pour durer, qui a pris racine et qui peut être présenté comme un grand événement montréalais», a poursuivi le directeur artistique.

«C’est un peu une continuité de ce que l’on avait mis en place, mais là, tout d’un coup, il y a une éclosion majeure. Là, vraiment, je pense que la ville va en être marquée», a-t-il ajouté.

De nombreux événements

Présence autochtone représentera ainsi le lieu où convergeront de nombreux événements artistiques. Des concerts, des expositions, des longs métrages, de la poésie et de la gastronomie seront notamment au rendez-vous cette année.

«À ne pas manquer, les deux grands concerts du jeudi 8 août. Il y a Katajjaq et Khoomii, avec les chanteuses et chanteurs de gorge, suivi du spectacle de Mihirangi. Ça, ce sera une soirée, je vous le garantis, exceptionnelle», a insisté André Dudemaine.

Du côté du cinéma, quelques longs métrages sont également fort prometteurs.

«Dans les films, je serais bien embêté parce qu’ils sont tous extrêmement bons, a rapidement enchaîné le directeur artistique. Mais si on veut aller vers la fiction, je dirais que Sami Blood et Le chant de la forêt sont à voir absolument. »

La 29e édition du festival Présence autochtone sera présentée du 6 au 14 août sur la Place des festivals, ainsi qu’à plusieurs endroits dans la ville.